Chernobyl

Face à Chernobyl, la Russie veut sa propre série pour dire sa vérité

Vous ne pouvez pas faire l’impasse sur Chernobyl puisqu’il s’agit de la série du moment. Elle vous promet de découvrir l’envers du décor et vous plongez dans la noirceur de cette ville qui est désormais digne d’un film d’horreur. Vous pouvez en apprendre un peu plus sur les raisons qui ont causé ce drame, mais la Russie ne semble pas adhérer à cette version.

Une guerre d’images sans merci pour Chernobyl

La série américaine Chernobyl ne plaît pas beaucoup au gouvernement russe. Et pour cause, celui-ci y apparaît comme incapable de s’occuper correctement de ses affaires internes. Moscou se sent littéralement outragé. Alors face à ce succès grandissant, la Russie a décidé de produire sa propre série. Celle-ci va dresser un portrait et une histoire de la Russie tout à fait différents de ce que les Américains laissent entendre. Cette contre-programmation aura peut-être un arrière-goût de guerre froide revisitée. La CIA y sera présentée comme auteur d’un sabotage. On a interviewé le futur réalisateur. Il explique en substance que les Américains étaient infiltrés au cœur de la centrale nucléaire. Selon lui, des historiens affirment que le jour de l’explosion, un espion américain aurait été présent sur le site. 

Auto-critique de part et d’autre

La réalité est nuancée. Le projet du réalisateur américain ne consistait pas uniquement en une énième critique de la Russie. Il voulait également effectuer une autocritique de l’Amérique adepte de fake news et autres armes de communication peu scrupuleuses de la vérité. Malheureusement, il n’a pas pu s’empêcher de dépeindre la Russie comme une nation fière et incapable de supporter la suprématie américaine, au prix d’une catastrophe d’ampleur internationale. La série russe qui s’annonce pourrait malgré elle adopter le même comportement que la série américaine. Volontairement ou non, il est possible qu’elle se permette de revenir sur sa propre histoire. Elle réécrirait légèrement le passé officiel et consentirait à quelques autocritiques bienvenues. L’effet miroir serait alors parfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *