Accueil / Actualités / Fin de vie : un souhait loin d’être une réalité pour une grande majorité

Fin de vie : un souhait loin d’être une réalité pour une grande majorité

La fin de vie représente un souhait pour plusieurs personnes, mais il n’est pas toujours réalisé pour une grande majorité. Seulement, un quart des Français réussissent à concrétiser cette envie et cela à cause d’un manque de moyens.

Fin de vie au domicile
Fin de vie au domicile / Crédit Photo : Pixabay – Gaertringen

Toutes les personnes du troisième âge voudraient s’éteindre chez elle, dans leur univers, près de ce qui a fait leur vie, au milieu des souvenirs. La maladie, la dépendance, la solitude choisissent un tout autre dessin, celui de l’hôpital ou de la maison de retraite. La réalité est bien différente du désir premier, celui de mourir dans son propre lit, faute de structure adaptée, les personnes les plus malades sont hospitalisées alors que la plupart du temps, les mêmes soins à domicile seraient bien plus bénéfiques pour l’ensemble des personnes du troisième âge.

Finir sa vie paisiblement avec les siens à son domicile

Une enquête vient d’être publiée par l’institut national d’étude démographique (INED) et les résultats sont sans appel, un quart des personnes décèdent chez elle. Le départ pour l’hôpital est une chose courante, y décéder reste la normalité, les personnes qui regagnent le domicile pour y mourir en paix demeurent des cas très rares. Ceux qui ont fait le vœu de décéder chez eux et qui réalisent leur dernier souhait restent presque des cas uniques.

Pourtant la personne fragilisée entourée des siens, de ses amis, de ses voisins le cas échéant peut si elle n’a pas de pathologie trop lourde et si la douleur est absente, finir sa vie plus paisiblement.

Une fin de vie à l’hôpital à cause d’un manque de moyens pour le domicile

Pour pouvoir concrétiser le souhait de toutes ces personnes, il faudrait développer les soins palliatifs à domicile, installer des structures bien plus adaptées. Décéder à domicile en présence d’un personnel soignant représente que 5% seulement. Les politiques envisagent et souhaitent encourager le maintien à domicile avec toute l’organisation autour pour permettre à la personne âgée d’être entourée des siens.

Cette étude réalisée sur la fin de vie s’est appuyée les données de l’enquête « fin de vie en France », des médecins et des personnes concernées ont participé à cette étude.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Courir

Var : un joggeur de 76 ans meurt d’une crise cardiaque en plein effort

Un homme de 76 ans, apparemment en bonne santé, a été hélas terrassé par une …

Réagissez !