Accueil / Actualités / Gare aux câlins : les griffures de chat ne sont pas aussi inoffensives que nous pourrions le croire

Gare aux câlins : les griffures de chat ne sont pas aussi inoffensives que nous pourrions le croire

Caresser sont chat est à la fois un geste de tendresse à son égard mais également un véritable anti-stress, aux vertus avérées, pour tous les heureux propriétaires de ce félin domestique. Il convient cependant de nuancer fortement ce tableau idyllique : d’après le CDC (Center for Disease Control), qui note, que chaque année, 12 500 personnes sont victimes de la “Cat scratch disease” (« maladie des griffes du chat ») sur le sol américain, des éclaircissements sont appropriés pour des précautions sanitaires à adopter.

chaton

Qu’est-ce que la « maladie des griffes du chat » ou Bartonellose, qui est transmissible à l’homme, non seulement par les griffures, mais nous le découvrons autrement ?

La « maladie des griffes du chat » ou Bartonellose est une infection (aussi appelée « lymphoréticulose bénigne d’inoculation »), due à la bactérie Bartonella Henelae. Cette bactérie, présente partout dans le monde (40% des chats européens en seraient porteurs) passe d’un animal à un autre, par l’intermédiaire des puces, spécifiques au chat (Ctenocephalides felisqui), qui en sont le principal vecteur de transmission.

Si jusque-là les griffures étaient connues comme étant la principale cause de cette zoonose (infection d’un animal qui peut se transmettre à l’homme), les chercheurs du CDC ont découvert qu’il y avait d’autres facteurs qui peuvent causer ce mal (embrasser le pelage de son animal ou se laisser lécher par lui),  dont les principaux symptômes sont les suivants : suivant un calendrier pathologique précis, des lésions cutanées apparaissent en premier lieu puis cèdent la place au gonflement des ganglions lymphatiques, processus douloureux, se résorbant souvent avec un dénouement heureux, au bout d’une durée estimée de deux à trois mois.

Une guérison majoritaire mais 5 à 10 % des personnes infectées risquent des complications plus sévères : des moyens simples de prévention sont à adopter très vite

La maladie des griffes du chat évolue spontanément vers la guérison et est absolument sans conséquence, d’où l’absence de nécessité d’un traitement. Néanmoins parfois, un antibiotique peut être utilisé, ce qui est le cas chez les personnes dont les défenses de l’organisme sont diminuées (nous pensons aux personnes âgées ou aux enfants). Toutefois, dans 5 à 10% des cas, des complications infectieuses surviennent. Elles peuvent toucher tous les organes, notamment les yeux (conjonctivite, atteinte de la motricité de l’œil dite « syndrome de Parinaud »), le cœur (infection de la paroi internet du cœur ou « endocardite ») ou encore les poumons (pneumonie).

Notons pour prévenir la maladie des griffes du chat, il faut éviter les griffures ou les morsures et désinfecter les plaies si cela se produit. Il faut prendre ses précautions en se lavant les mains à l’eau et au savon après avoir touché un chat et entretenir son animal de compagnie en le traitant contre les puces. Il n’est pas conseillé de priver les enfants de la présence d’un chat chez vous, car ils développent leur immunité naturelle, ultime rempart à une porosité initiale.

chaton, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !