Accueil / Actualités / Gastro-entérite : les huîtres peuvent être problématiques

Gastro-entérite : les huîtres peuvent être problématiques

Les huîtres représentent le menu de la mer préféré des Français, mais il serait en fait un nid à gastro-entérite. Cette maladie hivernale aux symptômes bien connus, diarrhées, nausées, vomissement, fièvre, particulièrement contagieuse et invalidante durant quelques jours pourrait bien se retrouver dans cet aliment très consommé à certaines périodes de l’année. 80% des norovirus qui infectent l’être humain sont dans ce coquillage.

Huîtres
Huîtres / Crédit Photo : Pixabay – kaleido-dp

Pour tous les amateurs d’huîtres, cette étude qui a été réalisée par les Chinois dont les conclusions mettent en évidence le rapport qui existe avec la gastro-entérite ne va sans doute pas ravir les consommateurs, ce coquillage serait selon les scientifiques, un nid à gastro-entérite. Les Français qui représentent 65% de la population en consomment environ trois fois par an. Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue « Applied and Environmental ». Les huîtres seraient un réservoir important de germes qui infecteraient l’Homme durant des périodes hivernales.

 

La gastro-entérite est le fléau pour tous les amateurs d’huîtres

Ces coquillages seraient porteurs de ce germe, car elles ils cultivés dans les zones côtières qui sont polluées par les déchets humains et les eaux usées qui s’y déversent, un véritable bouillon de culture dont les huîtres se nourrissent allègrement. Les chercheurs ont démontré que les norovirus pouvaient survivre plusieurs semaines dans la chair de l’huitre. Les scientifiques rappellent également que les traitements industriels ne suffiraient pas à détruire les germes porteurs de la gastro-entérite.

Les huîtres doivent être consommées cuites pour supprimer les germes

Une seule solution existe pour anéantir tous les pathogènes, cuire les huîtres, ne jamais les consommer crues, le niveau de contamination est plus faible pour celles qui sont cultivées par des producteurs indépendants. Pour le chercheur qui a participé à cette étude, « il faudrait développer une méthode fiable pour détecter ces virus dans les huîtres et un réseau de surveillance dans le monde entier » selon Futura-Sciences. Les huîtres restent le plat très apprécié des fêtes de fin d’année, il faudra dorénavant choisir, se régaler pour certains ou être malades pour d’autres, les deux paramètres peuvent se conjuguer, mais à risque et péril.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !