Accueil / Actualités / Graisses saturées : un cerveau modifié à cause d’une telle consommation

Graisses saturées : un cerveau modifié à cause d’une telle consommation

Les graisses saturées ont-elles un impact sur le fonctionnement du cerveau humain ? La réponse est affirmative selon une étude qui nous provient du Canada. Les effets néfastes sont nombreux et celui-ci est particulièrement nocif.

Attention aux graisses saturées
Attention aux graisses saturées / Crédit Photo : Pixabay – joshuemd

Les graisses saturées souvent décriées par les nutritionnistes et les médecins sont responsables de tous les problèmes liés à l’obésité, elles favorisent également les maladies cardiovasculaires. Une étude canadienne vient de mettre en évidence d’autres critères qui seraient nuisibles pour le bon fonctionnement du cerveau, ces résultats ont été publiés dans la revue « neurophychopharmacology ».

Les graisses saturées favorisent la prise de poids et modifient le cerveau

Pour démontrer cette affirmation, les scientifiques ont placé trois groupes de rats dans des situations différentes, certains animaux étaient nourris avec peu de graisse, d’autres recevaient une alimentation riche en huile d’olive et enfin le dernier groupe avait des aliments avec une forte densité d’acides gras saturés, comme l’huile de palme présente dans la célèbre pâte à tartiner. Huit semaines après ce régime spécifique, les trois groupes de rats avaient quasiment tous le même poids, mais les comportements des animaux étaient  différents selon la nourriture qu’ils avaient ingérée.

Toutes les graisses n’ont pas le même impact sur le corps

Les aliments à base de ces acides gras atténuent grandement le plaisir de manger, pour arriver à un niveau de satiété et de satisfaction il faut en avaler toujours davantage, ce qui crée inévitablement de la surcharge pondérale et des problèmes de comportement comme de l’irascibilité. A contrario, l’huile d’olive ne crée pas de besoin, elle apporte au corps humain de bons nutriments, ce gras mono-insaturé est bon pour la santé, mais il faut pour cela en consommer sans trop d’excès.

La motivation du cerveau contrôlée par les acides gras saturés

Les scientifiques démontrent avec cette étude que le gras saturé peut avoir des effets néfastes sur le contrôle de la motivation du cerveau. Tous les fabricants ont bien compris cela, en incorporant tout ce mauvais gras dans les aliments préparés, ils nous incitent à toujours en manger davantage pour arriver à une satiété toute relative, un cercle vicieux qui peut conduire à bien des désagréments sur le bon fonctionnement de notre cœur, de nos artères et de notre cerveau.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Chauve-souris

Drôme : une chauve-souris diagnostiquée comme atteinte de la rage

Le denier cas humain de la rage, en France, plus particulièrement en Guyane, remonte à …

Réagissez !