Accueil / Actualités / Grands Singes décimés : ne pas oublier grâce au Muséum national

Grands Singes décimés : ne pas oublier grâce au Muséum national

Les grands singes sont peut-être en voie de disparition, les musées pourraient malheureusement être leurs derniers tombeaux.

Grand Singes
Grand Singes

Ces familles de primates, les grands singes sont aujourd’hui en danger : gorilles, chimpanzés, bonobos, orang-outan. Déjà un certain nombre d’espèces se sont éteintes, ancêtres ou non de la lignée humaine. La caractéristique qui se détache de ces primates est sans aucun doute leur comportement social très complexe, leurs manifestations faciales permettent d’identifier facilement leurs émotions, tous avec une éducation appropriée sont capables d’apprendre un langage rudimentaire, ils ont aussi la faculté de se reconnaître dans un miroir. Leur régime alimentaire varie selon les races des grands singes, mais il est essentiellement composé de fruits, de graines, d’insectes, d’œufs d’oiseaux, de miel.

Les grands singes à l’honneur au Muséum national

Une exposition à Paris regroupe tous les grands singes dans une forêt tropicale reconstituée, tous les visiteurs pourront à partir du 11 février et jusqu’au 21 mars découvrir tous ces animaux naturalisés au jardin des plantes et peut-être prendrons-nous conscience de la menace qui pèse sur leur avenir. Les gorilles qui vivent en Afrique s’organisent en cellules familiales dirigées par un mâle dominant. Les chimpanzés également africains se regroupent en communauté. L’orang-outan vit à Bornéo, à Sumatra, eux sont des solitaires. Les chimpanzés se soignent avec des feuilles de Trichilla (anti -paludisme). Ce qui réunit tous ces grands singes c’est le sexe, qui est perçu chez eux comme un esprit pacificateur. Leur nourriture est aussi essentielle.

Les grands singes menacés ne doivent pas être oubliés

Tous ces grands singes sont en voie de disparition, leur habitat disparaît au profit de zones agricoles. Ils sont braconnés pour la viande ou pour le commerce d’animaux vivants, la forêt tropicale disparaît pour laisser place à une culture intensive d’huile de palme (pâte à tartiner). L’orang-outan pourrait même s’éteindre complètement, il n’en reste que 6500. Saurons-nous arrêter le massacre avant que cela ne soit trop tard ?

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !