Accueil / Actualités / Gras : une sixième saveur à prendre en compte selon les experts

Gras : une sixième saveur à prendre en compte selon les experts

Le gras est souvent décrié, mais finalement des scientifiques aux États-Unis estiment qu’il faut désormais le prendre en compte comme une saveur et il rejoindrait ainsi la liste des cinq déjà nommés.

Le gras
Le gras / Crédit Photo : Pixabay – stevepb

Le gras a des conséquences sur la santé lorsque la consommation est abusive. De nombreuses études ont donc pointé du doigt une alimentation riche en graisse, car elle serait à l’origine de plusieurs problèmes, dont l’obésité. Toutefois, les experts estiment qu’il est judicieux de se pencher davantage sur ce goût notamment pour comprendre un peu mieux les répercussions. Le gras pourrait donc être considéré comme une saveur, mais elle ne serait pas l’une des plus agréables.

Le gras est un goût assez spécifique, car il peut être dégusté sous plusieurs formes. En effet, il est parfois ajouté à l’état liquide et parfois à l’état solide. Par conséquent, il serait difficile pour de nombreux scientifiques de le considérer comme une saveur, car sa texture peut être différente. De plus, il a tendance à donner de la consistance à une préparation. Au vu de ces caractéristiques, nombreux sont ceux à penser qu’il n’a pas la possibilité d’être considéré comme une 6e saveur.

Une étude dévoile une 6e saveur : le gras

Dans le club des cinq, il est possible de compter le sucré qui est addictif ou encore le salé qui peut d’ailleurs être marié au premier. Il y a aussi des goûts moins intéressants comme l’amer ou l’acide. De ce fait, lors d’une étude où 102 cobayes ont participé, ils ont quelques difficultés à le retrouver notamment en le confondant avec l’amer qui est assez déstabilisant en bouche. Les auteurs de cette enquête dont les conclusions ont été portées dans Chemical Senses montrent que le gras pourrait être considéré comme une 6e saveur.

Le club des 5 pourrait s’agrandir avec l’oleogustus

Les chercheurs aux États-Unis dans l’Université Purdue estiment qu’il faudra ajouter à la liste l’oleogustus, car nous pouvons traduire oleo en gras. Lorsque l’on goûte un plat riche en graisse, nombreuses sont les personnes qui précisent qu’il y a comme un goût de gras. C’est donc sur cette conclusion qu’ils ont basé leurs recherches et ils pensent qu’il faudrait l’ajouter à la liste, il rejoindrait ainsi le sucré, l’amer, le salé, l’acide ainsi que l’umami. Ce dernier est surtout connu comme étant savoureux. Le gras ne serait pas toujours néfaste selon eux notamment lorsqu’il est ajouté en faible dose.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !