Accueil / Actualités / Greffe de coeur au CHU de Limoges : un taux de décès trop important cause l’arrêt de la transplantation

Greffe de coeur au CHU de Limoges : un taux de décès trop important cause l’arrêt de la transplantation

Au CHU de Limoges, la greffe de cœur pose un problème de taille. Des expertises ont été commandées, les résultats sont vivement attendus par toutes les familles concernées. Les récents transplantés sont susceptibles d’être dans l’inquiétude.

Une étude sur les différentes greffes de cœur menées depuis 2014

La greffe de cœur demande une rigueur très élevée, car le remplacement de cet organe n’est pas anodin. Cette technique relève d’une méthode prometteuse, mais, au CHU de Limoges, des questions se posent. Plusieurs décès décrits comme suspects ont été identifiés, cela a donné lieu à une série d’expertises. L’objectif consiste à se replonger dans les différentes opérations pour savoir si toutes les étapes ont été respectées, si d’autres facteurs sont venus accroître le risque de mort…

Sur les 17 patients opérés à Limoges, 9 sont décédés

Cette opération également appelée une transplantation cardiaque consiste à prélever un cœur sain sur un donneur dont le groupe sanguin est identique. Le patient perd ainsi son cœur malade puisqu’il est remplacé par un organe sain. La première opération a été mise en place le 27 avril 1968 à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière. Le patient avait pu à l’époque vivre pendant 53 heures. Le CHU de Limoges a organisé sa première transplantation en 1988, mais l’établissement n’est pas l’un des principaux centres comme le mentionne l’article publié par Le Populaire. L’année dernière, une hausse des greffes de cœur a été observée, mais depuis la fin 2014, ce sont neuf personnes qui ont perdu la vie.

Pour l’instant, la transplantation cardiaque s’arrête au CHU de Limoges

Au total, 17 patients ont reçu une greffe de cœur. Le taux de décès est donc trop élevé, cela a conduit à une enquête. Dans l’attente des résultats, le CHU de Limoges a pris la décision de mettre un terme à la transplantation selon une information de France 3 Limousin. Il est important de noter que d’après les données transmises par l’agence de biomédecine, le taux de décès est de 26%, mais, dans cet établissement, il a atteint plus de 50%.

Opération, Pixabay – marionbrun

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Asthme

BPCO et asthme : des millions de personnes ont perdu la vie

L’asthme et la broncho-pneumopathie chronique respiratoire (BPCO) auraient fait plus de 3,6 millions de victimes, …

Réagissez !