Accueil / Actualités / Gynécologue du Val-d’Oise : suspicions après 92 plaintes pour viols

Gynécologue du Val-d’Oise : suspicions après 92 plaintes pour viols

Dans le Val-d’Oise, un gynécologue est présumé coupable dans une affaire de viols sur ses patientes. 92 plaintes ont été référencées.

Médecin
Médecin

Dans le Val d’Oise, un gynécologue a été mis en examen pour « viols » et « agressions sexuelles » auprès de 92 de ses patientes, le praticien n’exerce plus son métier depuis les dépôts de plainte des plaignantes. Cette mise en examen remonte à quelques mois, ce spécialiste de 64 ans a eu l’interdiction de pratiquer au vu des nombreuses plaintes qui lui étaient reprochées, une source judiciaire a révélé les faits confirmant l’information du Parisien. Le médecin était en possession dans son cabinet de plus de 10 000 dossiers, les enquêteurs ont commencé un long travail d’investigation, ils vont passer au crible les dossiers et interroger les patients pour mettre en évidence si des femmes avaient pu subir de la part du médecin les mêmes visites à caractère « sexuelle ».

 

Des patientes auraient été satisfaites de ce gynécologue

L’avocat du gynécologue parle de « mauvaises interprétations », selon ses propos les femmes confondraient les manipulations à caractère médical avec des gestes sexuels. La source judiciaire a souligné qu’au stade de l’enquête il fallait rester très prudent et vigilant, car les investigations ne sont pas terminées. Le gynécologue exerçait depuis très longtemps à Domont dans le Val-d’Oise, cette petite ville à quelques kilomètres de Paris. L’avocat du présumé coupable a déclaré que certaines des patientes du gynécologue étaient très satisfaites de ses prestations médicales, que selon leurs propos le médecin était très « doux » et il « prenait son temps ».

L’affaire du gynécologue demande de la vigilance

Les gestes d’un gynécologue peuvent parfois porter à confusion (pénétration vaginale pour un examen de contrôle), l’enquête devra déterminer si le praticien faisait son métier avec professionnalisme ou avec perversité. Dans cette affaire, 92 femmes ont déposé plainte sur 5000 interrogées a précisé l’avocat du gynécologue. En 2014, un autre praticien avait été condamné à huit ans de prison pour une affaire similaire.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Précarité

La précarité reste un frein aux soins, ce 17 octobre est marqué par la journée mondiale de refus de la misère

Malheureusement, la précarité n’a cessé de croître ces dernières années, malgré les progrès, tous ceux …

Réagissez !