Accueil / Actualités / Hernie discale : une nouvelle étude apporte des éléments sur son évolution spontanée, car la chirurgie n’est pas sans risque

Hernie discale : une nouvelle étude apporte des éléments sur son évolution spontanée, car la chirurgie n’est pas sans risque

L’hernie discale est une affection qui touche les disques situés entre les vertèbres. Ils ont pour rôle d’amortir les chocs, de favoriser la mobilisation au niveau de la colonne vertébrale. Elle se manifeste par une douleur intense, celle-ci peut s’étendre en direction d’un membre car elle peut alors comprimer un nerf qui passe à proximité. Plusieurs examens médicaux permettent de confirmer le diagnostic ainsi que de localiser l’hernie afin de la traiter au mieux.

Mal au dos

Les six symptômes qui ne trompent pas, l’hernie discale touche principalement le bas du dos dans plus de 99% des cas

Notre colonne est formée de vertèbres et de petits disques dont l’extérieur est composé d’une couche de cartilage, à l’intérieur se trouve une matière gélatineuse. Lorsque le disque se déforme, que la structure qui entoure le disque se déchire, le noyau central peut alors sortir, c’est ce qui crée une hernie discale, cela provoque la plupart du temps de vives douleurs. La prévention de cette pathologie passe par un bon maintien, une bonne relaxation générale, il faut aussi éviter les situations de stress en cas d’hernie. Elle touche surtout entre 30 et 50 ans plus souvent les hommes que les femmes alors qu’ils sollicitent davantage la force physique via leur métier, le sport. L’hernie peut aussi concerner des personnes peu actives souvent très sédentaires qui manquent d’exercices. En cas de douleur dans le dos, il ne faut pas hésiter à consulter un ostéopathe.

Une nouvelle étude renforce le traitement thérapeutique plutôt que la chirurgie qui reste un acte qui n’est pas sans risque

Dans plus de 66% des cas, l’hernie discale se résorberait spontanément. Les causes du mal de dos sont multiples, hernie discale, scoliose, stress, mauvaise position, obésité… Elle peut faire suite à un effort ou consécutive à des travaux pénibles répétés qui sollicitent le dos. Lors de la phase aiguë un repos au lit se révèle être recommandé mais la reprise d’activité est souhaitée assez rapidement. Les antalgiques, les anti inflammatoires, les massages, les exercices de kinésithérapie sont préconisés. L’intervention chirurgicale est envisagée dans les cas les plus sévères, elle  consiste à enlever une petite partie du disque parfois une petite partie de la vertèbre. La survenue de l’hernie discale peut être prévenue par l’application de certaines précautions simples, éviter de se plier vers l’avant lors du port de charge lourde, il est conseillé de plier les jambes, de se relever très doucement, la pratique de sport comme  la natation, le vélo est recommandée.

Il est difficile d’évaluer la prévalence des hernies discales puisque certaines passent inaperçues, les données actuelles permettent de supposer qu’une personne sur cinquante sera atteinte un jour ou l’autre par cette pathologie.

Mal au dos, Pixabay – typographyimages

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Un seul commentaire

  1. Hélène Le Blanc

    Quelle est l’étude dont vous parlez dans cet article ?
    Hélène

Réagissez !