Accueil / Actualités / Hygiène de vie : les Français sont de mauvais élèves en termes de prévention

Hygiène de vie : les Français sont de mauvais élèves en termes de prévention

L’adage est pourtant bien connu : mieux vaut prévenir que guérir. Cette phrase d’une simplicité extrême devrait interpeller nombre de Français mais ce n’est hélas pas le cas. L’association « Croc and Move : prévention santé » et l’institut de sondage Ipsos ont réalisé une enquête nationale auprès d’un échantillon de 1002 personnes sur l’attitude de ces dernières vis-à-vis de leur propre santé et les conclusions obtenues sont édifiantes.

L'espérance de vie

Les Français ne prêtent pas assez attention à leur propre santé alors que de bonnes habitudes sont des plus aisées à s’imposer

Les vertus saines du sommeil (idéalement 7 heures par nuit), l’équilibre alimentaire, les 30 minutes de marche active par jour, sont hélas suivies par peu de nos concitoyens et ils ne s’en cachent pas : un tout petit 20 % des sondés estiment manger équilibré pendant les repas ; 30 % de nos concitoyens s’adonnent à au moins 1 heure d’exercice physique l’espace de chaque semaine alors que 150 heures sont fortement recommandées de façon hebdomadaire. Il y a bien entendu des Français qui montrent une bonne volonté, rimant avec bonne santé, et devraient être vraiment suivis pour leur exemplarité : ainsi 27 % avouent marcher au moins 30 minutes et à boire la dose nécessaire d’hydratation pour le corps de 1,5 litre d’eau au quotidien.

Les Français affichent une petite forme avec une note moyenne de 6 sur 10 attribuée par Ipsos et ceci en raison de trois facteurs

L’institut de sondage Ipsos a réalisé une note moyenne sur la forme des Français et elle n’est guère brillante puisqu’elle s’élève à une petite note de seulement 6 sur 10. Trois facteurs sont répréhensibles, sur le plan de l’hygiène de vie  : la consommation d’alcool qui est loin d’être modérée malheureusement, le niveau de stress qui a un double impact (à la fois sur le plan psychologique mais également sur le plan physique) et pour conclure le niveau d’activité physique et sportive qui laisse fortement à désirer comme si nous étions tous sur le banc des remplaçants de notre propre santé. Une prise de conscience, d’une part collective, d’autre part individuelle, est plus que jamais nécessaire et la politique de l’autruche doit impérativement cesser le plus rapidement sa place à une réaction.

L’espérance de vie, Pixabay – MihaiParaschiv

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !