Prison

Jean Claude Romand : une libération après 25 ans de prison

La demande de libération conditionnelle de Jean Claude Romand, le faux médecin qui avait tué toute sa famille en 1993 a été finalement acceptée en appel. Après plus de 25 ans de prison, l’un des plus célèbres détenus de France aujourd’hui âgé de 64 ans va retrouver la liberté.

Ses parents, ses enfants, sa femme

Jean Claude Romand durant plus de 18 ans s’est fait passer pour un médecin travaillant à l’OMS. En 1993, il tue toute sa famille, ses deux enfants, sa femme et ses parents. Père modèle et mari idéal, l’homme a une double vie jonchée par les mensonges et cela a duré de nombreuses années jusqu’au drame. Le 11 janvier 1993 dans la ville paisible de Prévessin Moëns dans le département de l’Ain, les pompiers découvrent sans vie dans la maison familiale en feu Caroline 7 ans, la mère Florence 37 ans, Antoine 5 ans puis chez eux les corps criblés de balles les parents de Jean Claude Romand. Les soupçons se portent très vite sur le faux docteur. Il a escroqué ses proches durant 18 ans en leur mentant. Il a été condamné en juillet 96 à la perpétuité assortie de 22 ans de sûreté.

La spirale du mensonge

L’élève Jean Claude Romand a obtenu un 16 sur 20 à l’épreuve de philosophie du baccalauréat en 1975, le sujet était « la vérité existe t-elle ». Rien ne prédestinait cet adolescent décrit comme timide et angoissé à un tel destin dramatique. Commence alors pour l’engrenage du mensonge. En effet, il fait croire à ses parents qu’il est en fac de médecine jusqu’à devenir cinquième de son internat. Plus tard, il se marie, deux enfants et mène une vie tranquille, simple, bien réglée. Le père ne travaille pas à l’OMS, d’ailleurs il n’a aucun emploi, il passe des heures dans sa voiture à attendre l’heure de rentrer chez lui. La principale ressource des revenus lui vient de ses parents dont il vide les comptes bancaires. Il emprunte de l’argent, vend de faux médicaments et le samedi 9 janvier, c’est l’horreur.

« Je vous aime »

Accablé par les mensonges de toute une vie, il est à bout et passe à l’acte. Il tue femme, enfants et parents de sang froid met le feu à sa maison et avale des barbituriques. Plus tard sorti d’affaire, il passera aux aveux et demandera pardon à ses proches pour le mal qu’il avait commis. Jean Claude Romand a demandé sa remise en liberté le 8 février 2018 25 ans après sa condamnation. D’abord refusée, elle a été acceptée le 25 avril 2019. La cour d’appel a accordé la liberté conditionnelle au faux médecin. Son avocat a mis en avant le projet de son client « il va être accueilli par une communauté religieuse ». Pour son ex-beau-frère, cette libération est tout simplement insupportable. La décision doit être mise à exécution avant le 28 juin selon un communiqué de presse du parquet général de Bourges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *