Actualités

Les jeunes Européens s’éloignent de la religion

4 avril 2018

author:

Les jeunes Européens s’éloignent de la religion

Des militants comme Samuel Grzybowski, co-fondateur de Coexister, tentent de partager un message de paix pour vivre-ensemble. De nombreuses actions sont donc entreprises en France, et même à l’étranger pour que les jeunes puissent converser sur le sujet de la religion. L’objectif premier consiste à rassembler tous les peuples qu’ils soient croyants ou non.

Quel est le statut de la religion en Europe ?

Une étude a été réalisée par l’institut catholique de Paris qui a collaboré avec l’université britannique St- Mary’s. Les résultats ne sont pas prometteurs, car les jeunes Européens ont tendance à se détourner de plus en plus de la religion. Les croyances sont les plus faibles en Estonie, en Suède ou encore aux Pays-Bas. Même la France se retrouve en bas du tableau qui est dominé par Israël et la Pologne. Cette situation est sans doute favorisée par les actualités qui entraînent malheureusement des amalgames dévastateurs. Les auteurs estiment que la référence religieuse s’estompe en Europe puisqu’elle ne concerne que 10 % des jeunes que ce soit en Irlande, au Portugal, en Israël ou encore en Pologne.

Quel est le but de Convivencia ?

Samuel Grzybowski et Victor Grèzes sont à l’origine de la création de Convivencia. Cette entreprise sociale a vu le jour en Janvier 2016, soit près de sept après la naissance de Coexister. L’objectif premier consiste à accompagner les grandes entreprises pour qu’elles puissent évoquer deux sujets importants qui sont parfois délaissés dans les sociétés actuelles :

  • La diversité religieuse
  • La Laïcité

D’ailleurs, Samuel Grzybowski a eu l’idée un an auparavant de créer un cabinet susceptible de transmettre des conseils. Le but : pour que la gestion soit la plus simple possible. Elle est basée sur les recommandations, mais également l’accompagnement et les formations.

Quelles sont les forces de Convivencia ?

Les fondateurs ont l’intention de partager une expérience à la fois associative, syndicale et entrepreneuriale. Les actionnaires ne perçoivent donc pas des dividendes à la fin de l’année. Par conséquent, tous les bénéfices sont injectés au sein de ce projet pour que les missions soient menées comme Samuel Grzybowski et Victor Grèzes le veulent. La gouvernance est démocratique et cette société est basée sur le fonctionnement des nouvelles start-ups.

Les missions portées par ce duo sont relativement simples, ils souhaitent « accompagner les entrepreneurs dans la gestion du fait religieux et de la laïcité ». Pour cela, ils prônent un travail collectif avec trois principes d’actions :

  • La communication ;
  • La connaissance ;
  • Le droit ;

Ils sont convaincus que la diversité est réellement une force notamment dans les entreprises. Ces dernières peuvent ainsi l’utiliser à bon escient pour créer du lien. Les objectifs des sociétés sont pris en compte au même titre que les besoins de chacun. C’est sans doute grâce à cette vision que la religion pourra peut-être reprendre une place favorable dans notre société actuelle qui est malmenée. De nombreuses personnes trouvent refuge auprès de Dieu pour obtenir un peu de réconfort et conserver l’espoir d’un monde meilleur.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *