Accueil / Actualités / Journée internationale des droits de l’enfant : un Doodle pour ne pas oublier

Journée internationale des droits de l’enfant : un Doodle pour ne pas oublier

La Journée internationale des droits de l’enfant est symbolisée par un Doodle très spécifique. Des pièces de choix ont été sélectionnées.

Journée internationale des droits de l'enfant
Journée internationale des droits de l’enfant

La Journée internationale des droits de l’enfant est rappelée via un Doodle qui met en avant des éléments spécifiques. Ces derniers correspondent à l’enfance puisque les lettres de GOOGLE sont proposées via des cubes de couleur. Il y a également une voiture et le fameux ourson qui réconforte généralement les enfants malheureux. Cette journée est importante notamment pour la France qui a décidé pour ce 25e anniversaire (adoptée le 20 novembre 1989) d’améliorer la protection des plus jeunes.

La France frappe fort pour la Journée internationale des droits de l’enfant

Cette Journée internationale des droits de l’enfant est référencée 24 heures après les propos de la secrétaire d’État. Cette dernière estime qu’il faut miser sur une éducation sans violence, car c’est une méthode pour lutter contre la maltraitance. Elle remet donc en question la fameuse fessée qui se retrouve au cœur d’un débat. En parallèle, la HAS a même donné des documents aux médecins pour qu’ils réagissent plus vite face à la maltraitance des enfants qui est certes complexe à identifier. En parallèle, pour marquer comme il se doit la Journée internationale des droits de l’enfant, le gouvernement français a décidé d’adopter le protocole de 2011.

Une Journée internationale des droits de l’enfant marquée par un texte

Il stipule qu’un enfant a la possibilité de saisir le Comité des droits de l’enfant de l’ONU. Ce dernier est donc considéré comme un « sujet de droit » et cette décision établie à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant est forte. La secrétaire d’État qui a remis la fessée au cœur d’un débat houleux estime que cette volonté est nécessaire, car la parole est restituée à l’enfant. Ce dernier aura donc désormais la possibilité de se tourner vers le Comité si sa plainte n’a pas eu l’effet escompté et s’il estime que ses droits ont été violés. Le texte doit désormais être validé par le Parlement pour qu’il soit effectif.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Pompiers

Un morceau de fromage responsable du décès d’un enfant de deux ans et demi

Les faits se sont déroulés en Belgique dans la ville de Vivorde, un enfant âgé …

Réagissez !