Compost

La transformation du corps humain en compost, c’est possible

L’état de Washington vient de légaliser le compost humain. En France, de nombreuses personnes souhaitent le retour à la terre après leur mort. Cette formule alternative aux funérailles dites classiques est interdite dans notre pays, mais va devenir légale dans un état américain. Le démocrate lancé dans l’investiture des prochaines présidentielles perçoit quant à lui cette méthode comme étant « un effort pour réduire notre empreinte environnementale ».

Des obsèques 100% écolos

C’est aussi le principal argument des défenseurs de l’humusation en France et en Belgique. Aujourd’hui dans notre pays, on a que deux choix possibles, le cercueil et l’enterrement et la crémation avec l’émission de CO2, des propos soulignés par le fondateur des cahiers de l’agroécologie qui milite depuis de nombreuses années pour défendre la légalisation de cette pratique, le compost humain. Il y a de cela cinquante ans, la crémation était perçue comme une véritable hérésie et actuellement, elle est entrée dans les moeurs pour un bon nombre de citoyens. Sollicité par une sénatrice en 2016, le ministère de l’Intérieur avait considéré que cette méthode posait des problèmes avec le Code civil. Le texte prévoit en effet que le corps humain doit être traité avec « respect, dignité et décence ».

Comment fonctionne ce procédé ?

On réserve un emplacement de 6m2 pour une année. On retire les vêtements, les bijoux du défunt. Ce dernier est enveloppé d’un linceul biodégradable et ne subit aucune préparation chimique. Il est ensuite déposé sur un lit végétal de plus de 20 cm d’épaisseur puis entièrement recouvert de ce même mélange. Paille, feuilles mortes broyées, tourbe d’herbe surplombent l’ensemble. Après trois mois, la peau, les chairs se sont décomposées. On retire les matériaux non biodégradables et on réduit les os en poudre. Après douze mois, la famille peut venir récupérer son compost, plus d’un mètre cube pour fertiliser le jardin. L’humusation serait moins chère qu’une inhumation, une crémation. La population est-elle vraiment prête pour cela ?

Une alternative écologique

L’humusation, c’est la transformation des corps humains en compost. Ce nouveau rite funéraire repose sur un processus naturel et non polluant. L’idée est encore illégale, mais progresse peu à peu. La fondation belge Métamorphose mourir pour donner la vie défend ce principe avec ferveur. Il peut sembler aux premiers abords peu attractif, mais l’enterrement et la crémation, les deux options légales restent polluantes et très onéreuses. Les funérailles écolos auront-elles un jour le vent en poupe ? Pour l’instant, ce n’est qu’un projet. L’état de Washington vient de légaliser le compost humain, il pourrait rentrer en vigueur dès 2020. Les partisans de l’humusation français et belge imaginent le coût à environ 2000 euros, pas de frais de cercueil ni de concession.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *