LOADING

Type to search

Le mot juif sur des voitures : un septuagénaire condamné à 6 mois de prison

2 années ago
Share

En France, un homme de 74 ans a écopé d’une peine de prison, car il avait peint le mot juif sur plusieurs voitures. Les faits se sont déroulés dans la capitale française au début de l’année. Il a pu être identifié lors de son interpellation.

Justice

Justice / Crédit Photo : Pixabay – succo

Le début de l’année 2015 a été frappé par les attentats qui ont touché Charlie Hebdo ou encore une épicerie à la porte de Vincennes. Entre temps, une jeune policière avait aussi trouvé la mort à cause d’un acte de Coulibaly. La France était donc profondément attristée par les évènements et le 9 février 2015, un homme était arrêté. Âgé de 74 ans, il possédait un pot de peinture blanche à la main et elle aurait été utilisée pour peindre le mot juif sur les voitures.

Six mois de prison pour avoir peint le mot juif sur des véhicules du 16e arrondissement

La justice a étudié son dossier et elle a décidé de le condamner à six mois de prison, mais avec sursis comme le mentionne Var Matin. Les faits avaient rapidement été relayées dans les médias. Ces derniers précisaient qu’une vingtaine de véhicules avaient été touchés dans le 1-e arrondissement. Lors d’une enquête, les forces de l’ordre auraient eu l’occasion de prendre en flagrant délit ce septuagénaire qui était en train d’inscrire le mot juif sur une voiture.

Il inscrivait le mot juif sur le pare-brise ou le capot des voitures

À l’époque, un témoin avait confié à Metronews qu’un fonctionnaire avait précisé qu’il revendiquait son geste. LE septuagénaire qui avait vu le jour en 1941 avait été placé en garde à vue dans cette affaire. En parallèle, il aurait déjà été connu des services de police, car au cours de l’été précédent les faits, il aurait été frappé à la porte du commissariat pour dénoncer des propos antisémites. Avec sa femme, ils précisaient que des croix gammées étaient présentes sur la boite aux lettres et la porte. Les enquêteurs ont pu constater que les écritures étaient similaires à celle du suspect qui avait donc inscrit le mot juif en gros que ce soit sur le pare-brise arrière ou le capot des voitures.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *