Les jeux de hasard en ligne en Belgique

Les jeux de hasard peuvent se targuer d’un riche héritage : les historiens ont trouvé des documents qui montrent l’existence de jeux de cartes et de loteries en Belgique déjà en 1300, et de la loterie nationale – au XVe siècle. Les jeux de hasard restent populaires aujourd’hui, casino en ligne belgique liste s’est considérablement élargie. 

Législation

Les jeux de hasard en ligne en Belgique sont légalisés depuis 2002, contrairement à de nombreux autres pays européens où toute activité de jeu en ligne est interdite. La localisation du siège de l’Union européenne en Belgique exerce une certaine pression sur le pays pour maintenir une structure nationale qui suit les règles du libre-échange et d’un marché concurrentiel. Mais cela contredit parfois la manière dont les Belges souhaitent faire des affaires. L’État tient à contrôler la conduite et le fonctionnement des jeux de hasard dans les casinos en ligne et terrestres afin de protéger les joueurs vulnérables contre la dépendance.

La Belgique est parvenue à trouver des solutions équilibrées dans ce domaine, principalement grâce à l’adoption de la loi sur les jeux de hasard en 2009, qui accorde les mêmes droits aux deux segments. Pour qu’une entreprise puisse fournir des services de jeux d’argent en ligne dans le pays, notamment des casinos en ligne, elle doit disposer d’une licence pour opérer dans des établissements terrestres. Le gouvernement a fixé une limite au nombre de licences délivrées, ce qui rend la réalisation de cette exigence très difficile pour les autres pays.

Mais comme l’a montré l’exemple de bwin.party, il existe de nombreuses voies pour contourner ces lois. Au départ, ayant une permission pour les jeux en ligne uniquement, la société a obtenu une licence en signant un accord de partenariat avec le casino belge Kursaal Oostende NV.

Bien entendu, certaines entreprises ne respectent pas ces règles et proposent des services en ligne aux Belges sans licence. Pour lutter contre ce phénomène, la Commission belge des jeux de hasard a commencé à dresser des listes noires de sociétés, qui sont ensuite transmises aux fournisseurs de services en ligne. La récupération possible après l’inscription sur liste noire peut être énorme. Jusqu’à présent, la sanction la plus élevée atteint environ 100 000 euros. Les résidents de Belgique, trouvés à jouer sur ces sites, peuvent payer un quart de ce montant. Et même si les représentants de certaines entreprises, y compris Bet-at-home à Malte, ont affirmé que le blocage de leurs noms de domaine était une collecte de données illégale, ces demandes ont été rejetées parce que les entreprises essayaient mener des activités illégalement en Belgique. 

Cependant, dans une tentative d’appliquer simultanément les lois de l’Union européenne et de maintenir le contrôle, le gouvernement belge a constaté que son approche commence à s’écarter des exigences de l’UE. En 2012, le Financial Times a publié une lettre collective de bookmakers anglais se plaignant sur la manière dont le gouvernement belge a traité le directeur général de bwin, Norbert Teufelberger. Ils ont exigé que l’Union européenne se conforme à son propre accord et mette fin aux « intimidations » par le biais d’une liste noire. Toutefois, comme mentionné ci-dessus, bwin est à présent autorisée à exercer ses activités en Belgique et tous les litiges ont été réglés. 

Marchés populaires

Les Belges sont depuis longtemps passionnés par les courses de chevaux, surtout par le trot. Les deux stades principaux pour les courses de chevaux, ou autrement dit les hippodromes, se trouvent à Mons-Ghlin et à Waregem. 

Le football est également très répandu grâce à la récente vague de succès de l’équipe nationale. Le cyclisme est aussi reconnu dans le domaine des paris sportifs, de nombreuses compétitions se déroulent dans le pays. Les cyclistes belges ont gagné 18 fois le Tour de France, remportant ainsi la deuxième place après la France. 

L’avenir des jeux de hasard en Belgique

Grâce au triomphe indéniable de la Belgique dans la confrontation avec Bet-at-home, le pays a mis dans un cadre clair les entreprises qui tentent de faire pression sur l’Union européenne en ce qui concerne la liste noire des fournisseurs de services en ligne. Bien que le modèle belge ne soit pas ouvert, il n’est certainement pas aussi restrictif ou entièrement contrôlé par l’État en comparaison avec d’autres modèles européens.

Tant que l’Union européenne ne contestera pas la position du gouvernement belge, les jeux d’argent continueront à prospérer dans le pays, où le monopole appartiendra aux sites web belges. 

Partagez notre article !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur skype
Skype
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Continuez la lecture !