Accueil / Actualités / Les parents accusés à tort de maltraitance pourront garder leur fille, mais sous placement à domicile

Les parents accusés à tort de maltraitance pourront garder leur fille, mais sous placement à domicile

Cette affaire a fait grand bruit ces dernières semaines, il y a quelques jours un rebondissement a fait évoluer la décision du parquet, les parents pourront garder leur petite fille, mais sous certaines conditions, des contrôles quotidiens seront mis en place par les services de la protection de l’enfance.

Bébé
Bébé / Crédit Photo : Pixabay – sutipok

Les parents de Louna ont été accusés à tort, en effet la petite fille qui avait été retirée du domicile familial alors âgée de quelques semaines n’était pas maltraitée, elle était simplement malade. Elle souffre depuis sa naissance d’un angioœdème héréditaire (AOH), cette maladie orpheline peut provoquer des hématomes important d’où la confusion des médecins qui l’avaient examinée lors d’une visite à l’hôpital. Depuis cette malencontreuse méprise, la fillette aujourd’hui âgée de trois ans a vécu en famille d’accueil alors que ses parents étaient innocents.

La protection de l’enfance effectuera des visites au domicile

Le juge des enfants du tribunal d’Epinal situé dans le département des Vosges a pris sa décision, l’enfant restera au domicile des parents, mais sous certaines conditions, une surveillance constante sera effectuée par les services de la protection de l’enfance. Les parents avaient repris leur fille, il y a quelques jours lors d’une visite organisée par les services de l’enfance, ils n’en pouvaient plus de cette situation qui n’évoluait pas. Selon le procureur, tous les doutes n’ont pas été levés selon Pourquoi Docteur.

Les parents avaient été accusés à tort pour des faits de maltraitance sur la fillette

Ces parents qui ont récupéré leur fille sans autorisation de l’état vont devoir subir des contrôles fréquemment, le parquet d’Épinal tient à justifier que le placement de l’enfant se fera au domicile des parents, mais il rappelle que le père de la petite fille avait été condamné pour violences conjugales, des faits qui ont sans doute contribué à ce retard de prise de position. Un contexte de brutalité avait été décelé au sein du couple, la justice ne va pas poursuivre les parents pour enlèvement d’enfant. Une histoire qui se termine bien malgré tout, espérons que le temps apaise toutes ces batailles.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Une bactérie

Madagascar : l’épidémie de peste ne cesse de progresser avec désormais 80 morts à déplorer

La peste (essentiellement pulmonaire) se propage d’une façon épidémique particulièrement fulgurante à Madagascar ; le …

Réagissez !