Les produits pour les bébés contiendraient des substances annoncées comme nocives

Pour les soins de bébés, les parents sont nombreux à opter pour des cosmétiques comme des lingettes. Toutefois, Women in Europe for a Common Future tire la sonnette d’alarme avec une étude dont les résultats sont préoccupants.

Les lingettes pour les bébés inquiètent plusieurs organismes

Parmi les conclusions de cette enquête, nous pouvons constater qu’elles se rapprochent de celles établies il y a trois ans par l’UFC Que Choisir qui s’était focalisé sur les lingettes pour les bébés. Ces dernières avaient été passées au crible et les résultats montraient des ingrédients potentiellement nocifs pour les plus jeunes. Cela est largement problématique, car les parents sont nombreux à avoir recours à ces lingettes notamment pour changer l’enfant ou effectuer une petite toilette. D’autres situations sont propices à l’utilisation de ces produits comme après une séance de dessins, de peinture ou un repas. Certains les utilisent pour essuyer la bouche de l’enfant.

WECF pointe du doigt des cosmétiques utilisés pour les enfants

Un an auparavant, c’était l’ANSM qui alertait les parents à cause d’un ingrédient présent dans les lingettes à savoir le phénocyéthanol. L’agence estimait qu’il ne fallait pas avoir recours à ces produits. Cette conclusion a été en partie partagée dans la nouvelle étude proposée par cette ONG baptisée WECF. Il suffit de lire avant l’achat l’étiquette des lingettes et dès que cet ingrédient est présent, il serait peut-être judicieux de passer son chemin. Ce ne sont pas les seuls produits inquiétants, car l’étude montre que des parfums, un conservateur soupçonné d’être toxique ou encore un allergène par contact sont référencés dans la composition de plusieurs dizaines de produits conçus pour les bébés.

De nombreuses études sur l’univers des plus jeunes

L’étude précise que le risque est tout de même élevé, il pourrait donc avoir des répercussions sur la reproduction ou encore favoriser l’apparition d’allergies. La prudence est de mise. En parallèle, d’autres études ont vu le jour pour le secteur de l’enfant et la première est un peu plus réjouissante, car elle révèle que la consommation d’aliments riches en vitamine D pendant la grossesse aurait la capacité de réduire les allergies et l’asthme. Une seconde a révélé que le Doliprane pédiatrique n’était pas dangereux.

Bébé, Pixabay – PublicDomainPictures

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *