Accueil / Actualités / L’hiver frappe à notre porte : le monoxyde de carbone s’y invite également à nos dépens

L’hiver frappe à notre porte : le monoxyde de carbone s’y invite également à nos dépens

Lorsque les températures baissent, les risques d’intoxications au monoxyde de carbone empruntent une courbe ascendante. Avec une moyenne constante de 150 décès par an, le monoxyde de carbone (CO) est la première cause de mortalité accidentelle, d’origine toxique, en France. Entre le 1er septembre 2015 et le 31 mars 2016, 3 608 personnes ont été impliquées dans des intoxications par le monoxyde de carbone.

Feu

Ces intoxications accidentelles se produisent majoritairement au domicile des individus touchés. Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz toxique, et indétectable par l’homme. Il est émis lors de la combustion incomplète de bois, gaz, charbon ou essence. Plus le froid s’intensifie, plus le monoxyde de carbone sévit ardemment. Une révision de vos appareils de chauffage (à l’exception de ceux électriques) est une mesure préventive, chaleureusement suggérée.

Quels sont les appareils et installations à surveiller de près ?

  • chaudières et chauffe-eau
  • poêles et cuisinières
  • cheminées et inserts, y compris les cheminées décoratives à l’éthanol
  • appareils de chauffage à combustion fixes ou mobiles (d’appoint)
  • groupes électrogènes ou pompes thermiques
  • engins à moteur thermique (voitures et certains appareils de bricolage notamment)
  • braseros et barbecues
  • panneaux radiants à gaz
  • convecteurs fonctionnant avec des combustibles

Quels sont les dangers inhérents au monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone est très difficile à détecter car il est inodore, invisible et non irritant. Le CO inhalé prend la place de l’oxygène dans le sang, en se fixant sur les globules rouges. L’organisme n’est plus oxygéné correctement. S’en suivent maux de têtes, confusion mentale, nausées, vertiges, fatigue, malaises ou encore paralysie musculaire. Son action peut être rapide : dans les cas les plus graves, il peut entraîner en quelques minutes le coma, voire le décès. Les personnes intoxiquées gardent parfois des séquelles à vie.

Comment éviter, d’une façon optimale, les intoxications ?

Les intoxications au monoxyde de carbone peuvent concerner tout le monde. Afin de limiter les risques, il convient d’adopter les gestes de prévention suivants :

Avant chaque hiver, faire systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d’eau chaude, ainsi que les conduits de fumée (ramonage mécanique) par un professionnel qualifié.

Tous les jours, et même quand il fait froid, aérer au moins 10 minutes son logement, maintenir les systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et de ne jamais obstruer les entrées et sorties d’air.

Respecter systématiquement les consignes d’utilisation des appareils à combustion indiquées par le fabricant : ne jamais faire fonctionner les chauffages d’appoint en continu ; placer impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments ; ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage : cuisinière, brasero, barbecue, etc.

Quelles sont les réponses en cas d’intoxication supposée ?

Maux de tête, nausées, malaises, vomissements, etc. peuvent être le signe de la présence de monoxyde de carbone dans votre logement.

Dans ce cas:

  • Aérez immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres.
  • Arrêtez si possible les appareils à combustion.
  • Évacuez au plus vite les locaux et bâtiments.
  • Appelez les secours :
    112 : Numéro d’urgence depuis un portable (Nnuméro unique d’urgence européen)
    114 : Secours personnes sourdes et malentendantes (sms/fax)
    18 : Sapeurs Pompiers
    15 : Samu

Ne réintégrez pas les lieux avant d’avoir reçu l’avis d’un professionnel du chauffage ou des sapeurs pompiers.

Feu, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Sexe

La définition délicate de la durée normale d’un rapport sexuel

Quelle est la durée normale d’un rapport sexuel ? Un rapport, qui en appelle à …

Réagissez !