LOADING

Type to search

Lutte contre le cancer : le professeur Khayat compte sur la technologie

3 mois ago
Share

Le chef du service oncologie de la Pitié Salpêtrière, le professeur David Khayat, a indiqué mercredi qu’il considérait désormais les nouveaux moyens technologiques de consommer du tabac (cigarette électronique, tabac à chauffer,…), comme les outils d’avenir de la lutte contre le tabagisme. Une approche selon lui plus réaliste qu’un « monde sans tabac ».

Invité de la matinale de Radio Classique pour réagir à la prochaine hausse du prix du tabac (à partir du 1er mars), cet ancien conseiller de Jacques Chirac sur les questions de lutte contre le cancer, s’est montré sceptique à l’égard d’une politique basée sur le tout-répressif, reconnaissant avoir évolué sur le sujet face à la capacité des fumeurs à contourner la loi.

 « Je ne crois plus à l’hypothèse d’un monde sans tabac. Je crois que ça ne sera pas possible parce que, ce qu’on voit, c’est que dès que vous montez le prix du paquet, vous augmentez en fait les trafics de la cigarette. S’il n’y a pas d’uniformisation du prix entre le Luxembourg, l’Espagne, l’Italie et la France, vous n’y arrivez pas, parce que le type va au Luxembourg tous les matins, il ramène deux cartouches, il a le droit, il les paie 5 euros, il les revendra ici 6 ou 7 euros, donc moins cher que le prix chez le buraliste. Et il fera tous les jours 100 ou 200 euros de bénéfices, en restant dans la légalité », regrette l’oncologue.

Selon lui, les politiques de lutte contre le tabagisme doivent oser d’avantage se tourner vers les solutions technologiques que représentent la cigarette électronique et le tabac à chauffer, qui permettent de limiter significativement les dégâts sur la santé de la consommation de tabac.

 « Je crois que l’avenir c’est la technologie qui nous l’apportera, c’est-à-dire que je crois dans le fait qu’on aura des moyens de fumer moins nocifs, moins cancérigènes que la cigarette. Jusqu’à aujourd’hui c’était, jusqu’à il y a 2 ans, c’était « Je fume ou je ne fume pas », « Je risque un cancer ou je ne risque pas de cancer ». C’est faux, aujourd’hui : on a en plus la cigarette électronique, on a des tabacs chauffés, etc, qui sont probablement des formes  de tabagisme, enfin de fumer, des moyens de fumer moins toxiques, moins dangereux et je pense que l’avenir, c’est probablement plutôt ça que l’interdiction complète et la prohibition », a-t-il conclu.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *