Accueil / Actualités / Maladie d’Alzheimer : ralentir l’aggravation des 1ers symptômes du déclin cognitif

Maladie d’Alzheimer : ralentir l’aggravation des 1ers symptômes du déclin cognitif

La maladie d’Alzheimer est une affection dégénérative du cerveau. La personne qui en souffre a parfois l’impression d’avoir des troubles de la mémoire, d’oublier les mots usuels ou l’endroit ou elles se trouvent puis un déficit sévère va s’installer au fil du temps, toute la vie va être bouleversée.

Ralentir le déclin cognitif en ayant recours à une pratique sportive

Au cours de la phase terminale de la maladie, la personne n’est plus capable d’interagir avec son entourage, d’avoir une conversation, ni contrôler ses gestes, le sourire a alors disparu. L’activité physique aurait-elle un effet bénéfique sur le déclin cognitif ? Une étude d’un médecin de l’université de Californie à Los Angeles ainsi que plusieurs scientifiques des universités de Pittsburgh, Adélaïde, Washington, ont voulu s’intéresser de près à la maladie d’Alzheimer, à l’activité physique et à ses effets sur la pathologie. L’enquête a été publiée dans le journal of Alzheimer’s Disease.

Les troubles de la maladie d’Alzheimer ralentis avec le sport régulier

Tous ont analysé les résultats qui ont été obtenus sur de nombreuses personnes âgées de plus de 65 ans e. Elles ont toutes fait parti d’une vaste étude débutée en 1989, tous les volontaires devaient remplir des questionnaires sur leurs habitudes en ce qui concerne les activités physiques, passer des IRM pour évaluer leur quantité de matière grise. Les conclusions confirment que les patients qui pratiquent un sport de façon régulière ont une meilleure préservation des neurones. Tous ceux qui avaient une activité physique sur une période d’au moins cinq ans avaient moins de risques de développer des troubles cognitifs.

Tenter de limiter les dégâts de la maladie d’Alzheimer

Tous ces déclins constatés ne sont pas dus qu’à la maladie d’Alzheimer, l’âge avancé, les problèmes de santé, l’hypertension artérielle ainsi que la génétique participent aussi au vieillissement des neurones. L’activité physique n’empêche pas la maladie de s’installer, de progresser, elle peut simplement ralentir les troubles et de ce fait entretenir les capacités fournies par le cerveau. Le sport peut ralentir le déclin cognitif et même si ce n’est que temporaire, c’est toujours bon à prendre. Les chercheurs sont tous d’accord pour dire que toutes les personnes qui continuent d’avoir une activité physique et intellectuelle soutenue verront les signes dus à l’âge ralentir, mais, un jour, il faudra bien accepter que la vieillesse et toutes les conséquences sont irrémédiables.

Cerveau, Pixabay – geralt

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Restaurant

Nantes : une septuagénaire, signalée pour disparition inquiétante, retrouvée pour une note de restauration impayée

Une dame dépressive, âgée de 70 ans, a été mise en examen et placée en …

Réagissez !