Manifestations

Manifestations du 1er Mai : 30 personnes interpellées, la situation dégénère

Les manifestations organisées le 1er mai ont donné lieu à de graves débordements. Magasins endommagés, mobilier urbain détruit, policiers blessés, gilets jaunes en sang et plusieurs individus ont tenté d’entrer dans l’hôpital à la Pitié Salpêtrière à Paris. Un acte condamné de toutes parts. Cette intrusion aurait pu être gravissime pour les patients et le personnel hospitalier.

Le personnel de l’hôpital sous le choc

La directrice de l’établissement a pu raconter ce qui s’est passé. Des individus cagoulés et d’autres sont entrés par le portail après avoir forcé la porte et plusieurs ont rejoint le premier étage au service de réanimation. Elle évoque à France Inter des « scènes de gestes violents et menaçants ». Le personnel de l’hôpital est sous le choc. Ils ne comprennent pas pourquoi ils s’en sont pris à un établissement de santé. Les conséquences auraient pu être dramatiques. Parmi les individus, des gilets jaunes, des personnes en civil et d’autres complètement masquées. Des actes dénoncés par le ministre de la Santé qui s’est rendu sur place en fin de journée. Une plainte va être déposée.

Les syndicats débordés ce 1er Mai

Le secrétaire de la CGT, Philippe Martinez a du être exfiltré quelques instants de la manifestation après avoir été pris à partie. Qui sont les vainqueurs du défilé de la journée internationale des travailleurs ce 1er mai 2019 ? Les Blacks Blocs, les gilets jaunes, les travailleurs. Après la conférence d’Emmanuel Macron, il semble qu’après une semaine les choses n’ont toujours pas évolué. Que veulent aujourd’hui les gilets jaunes ? Quelles sont leurs revendications ? Va t-on assister tous les samedis à des guérillas de plus en plus destructrices ? Qui va gagner, qui va perdre ? Sans doute, l’économie, la tranquillité des citoyens, le tourisme, l’honneur de la France. La destruction du matériel médical, l’intrusion à la Pitié Salpêtrière, ces débordements ne sont-ils pas ceux de trop ?

On est passé au bord de la catastrophe

Le directeur général de l’assistance publique des hôpitaux de Paris va porter plainte aujourd’hui après l’intrusion mercredi soir d’une cinquantaine de personnes dans l’hôpital parisien. Des patients auraient pu être bousculé et perdre la vie. Au centre de réanimation, il y a des personnes en soins intensifs, fragilisées. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn va se rendre sur place afin d’apporter son soutien à tout le personnel hospitalier. En région, la journée du travail a été globalement célébrée dans une ambiance festive.Les manifestations étaient néanmoins sous haute surveillance. Plusieurs préfectures avaient interdit les défilés dans le centre ville comme à Caen et à Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *