LOADING

Type to search

Marseille : un arsenal de guerre dissimulé dans un snack

3 années ago
Share

À Marseille, l’arsenal de guerre était caché dans un commerce et plus précisément un snack. Le point de vente était dans la ligne de mire.

Photo d'illustration de munitions

Photo d’illustration de munitions

À Marseille, les règlements de compte sur fond d’armes et de trafic de stupéfiants sont monnaie courante et les malfaiteurs connaissent certains lieux pour se ravitailler. Les forces de l’ordre enquêtaient sur ce snack et ils ont interpellé deux employés et le gérant. Les trois hommes connus défavorablement par les policiers ont été transférés en garde à vue. Ils ont eu l’occasion de démanteler un arsenal de guerre, mais la première intervention n’avait pas de lien avec ce secteur. En effet, ce sont les brigades des stupéfiants qui ont été dépêchées sur place selon RTL qui cite l’AFP.

Un arsenal de guerre dissimulé dans un snack de Marseille

Au sein de ce snack situé dans le 3e arrondissement de Marseille, la surveillance a permis d’identifier des transactions et cela a débouché sur une perquisition.  Avec les chiens, ils ont eu l’occasion de trouver un logement qui se trouvait au-dessus de ce commerce. Venus pour des substances illicites, les policiers ont découvert un véritable arsenal de guerre avec près d’un millier de munitions pour notamment une kalachnikov. Les forces de l’ordre ont eu l’occasion de mettre la main sur un fusil à canon scié ainsi qu’un Colt 45 et même un pistolet mitrailleur équipé d’un silencieux.

À Marseille, le snack servait de ravitaillement en armes

Les brigades de stupéfiants ont pu en parallèle découvrir de la drogue et notamment 8.2 kg de cannabis (herbe et résine). Cette perquisition massive a porté ses fruits dans ce snack qui avait donc un double emploi. Il était un lieu de commerce classique, mais certains connaisseurs pouvaient se ravitailler en armes et en munitions. Les clients avaient aussi à leur disposition des accessoires comme un gilet pare-balles ou encore des cagoules selon les informations transmises par la Direction départementale de la sécurité publique.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *