Accueil / Actualités / Mauvais végétarien : un risque de dépression plus important

Mauvais végétarien : un risque de dépression plus important

Les partisans de ces régimes restrictifs, plus particulièrement les végétariens excluent de leur alimentation la viande, le poisson, c’est bien cela qui pose problème, les troubles de l’humeur y sont étroitement liés. Opter pour un régime végétarien, c’est s’exposer à des carences, il est important de rappeler que les apports en protéine sont essentiels. Notre organisme ne sait pas les synthétiser, ils doivent être impérativement apportés en quantité suffisante via l’alimentation. Les végétaux contiennent des protéines, mais attention, tous n’ont pas le même taux d’acides animés, il faut donc associer les légumineuses, les céréales.

Légumes

Les végétariens ne consomment pas de viande, ni de poisson, mais ils acceptent les produits laitiers, les œufs, le miel

A l’heure actuelle, de nombreuses personnes se posent la question suivante, que faut-il manger pour être en bonne santé ? Les scandales alimentaires sont de plus en plus nombreux, ils nous font réfléchir, la viande peut-elle nuire à notre santé ? Des études ont prouvé que la consommation de viande a chuté de plus de 15% entre 2003 et 2010, une conséquence directe des scandales. L’argument des végétariens : manger moins de viande, c’est bon pour le cœur, cela permettrait également de réduire de plus de 22% le risque de cancer colorectal. Ce dernier est diagnostiqué chez plus de 40.000 patients chaque année et il y a plus de 17.000 décès par an, d’où l’intérêt de limiter sa consommation de viande si l’on ne veut pas devenir végétarien. Il permettrait aussi selon certaines études de vivre plus longtemps, il faudrait un suivi beaucoup plus long afin de déterminer avec certitude l’avantage d’un régime végétarien. Ce régime doit être équilibré afin d’éviter les carences.

En admettant que le régime végétarien soit bénéfique pour la santé, qu’en est-il du moral des adeptes ?

Le lien entre les troubles de l’humeur, l’alimentation privée de viande, de poisson est confirmée dans une étude dont les résultats ont été publiés dans le Journal of Affective Disorders, le Huffingtonpost en a détaillé les termes. Les chercheurs britanniques ont suivi le comportement alimentaire de plus de 10.000 participants dont 350 étaient végétariens. La carence en vitamine B12, un excès en oméga 6 ont été démontré. Les végétariens mangent beaucoup de noix d’où cet acide gras en quantité. Les oméga 6 augmenteraient les troubles de l’humeur ainsi que les risques d’inflammation. Le problème avec ces régimes restrictifs, c’est le déséquilibre, il faut donc se montrer vigilant, bien connaitre le sujet. La nutrition est importante pour une bonne santé, elle est essentielle afin que l’organisme fonctionne le mieux possible. Se priver d’aliments n’est jamais simple, il faut bien s’informer sur les équivalences, faire n’importe quoi, c’est s’exposer à des problèmes de santé.

Légumes, Pixabay – Security

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Précarité

La précarité reste un frein aux soins, ce 17 octobre est marqué par la journée mondiale de refus de la misère

Malheureusement, la précarité n’a cessé de croître ces dernières années, malgré les progrès, tous ceux …

Réagissez !