Accueil / Actualités / Médecins au Cambodge : des « professionnels » sans diplômes

Médecins au Cambodge : des « professionnels » sans diplômes

Au Cambodge, les médecins ne bénéficient pas de la même réglementation que celle observée dans d’autres pays, car les diplômes sont absents.

Médecin
Médecin

Au Cambodge, lorsque les habitants consultent un médecin, il y a de grandes chances pour qu’il ne possède pas de diplômes. Ces derniers sont indispensables en France par exemple et le cheminement pour l’obtenir est extrêmement long. Les étudiants doivent décrocher leur baccalauréat et se diriger vers une école de médecine où les années s’enchaîneront. Lorsque des étudiants choisissent une spécialisation, le nombre a même tendance à s’accroître davantage, mais le fonctionnement au Cambodge est totalement différent.

Le Cambodge ne forme pas ces médecins

L’Agence France Presse relate le quotidien d’un médecin qui exerce au Cambodge et plus précisément à Kampong Speu. Ken Mon a donc une trousse à sa disposition qu’il n’oublie jamais lorsque la sonnerie de son mobile retentit. Il se dirige auprès des patients malades comme peuvent le faire des médecins traditionnels. Toutefois, ce « professionnel » exerce sans diplôme et ce phénomène en campagne a tendance à s’accroître de plus en plus. De plus, les transactions financières ne relèvent pas d’une priorité, car le médecin accepte d’être payé plus tard et parfois l’argent n’est pas au rendez-vous. Dans tous les cas, ce médecin du Cambodge peut faire face à une multitude de situations, car dans sa trousse, il a des médicaments, des seringues pour vaccinations, du fil pour les plaies…

Des médecins qui apprennent la profession au fil des rencontres

Ces médecins au Cambodge ont de ce fait tendance à exercer dans un contexte illégal, mais le fonctionnement provient des Khmers rouges. Lorsque la chute de ces derniers a été observée, les habitants ont appris les rudiments de la médecine au fil des situations. Par conséquent, le quotidien a été une école et ils ont été formés au fur et à mesure de leurs rencontres et cela peut avoir des conséquences désastreuses en termes d’hygiène. Cette pratique cambodgienne n’est pas très légale, mais il faut savoir que l’accès à la santé dans ces pays est difficile.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !