Accueil / Actualités / Moustique tigre : la vigilance est de mise avec ce nouveau virus

Moustique tigre : la vigilance est de mise avec ce nouveau virus

Le moustique tigre appelé Aedes albopictus est au cœur de l’actualité à cause d’un nouveau virus baptisé Zika.

Moustique tigre
[/media-credit] Moustique tigre
Le moustique tigre n’a pas le même aspect que celui que nous avons l’habitude de voir en France. Il a une ligne blanche au niveau de son thorax noir et il est possible de voir ces caractéristiques à l’œil nu. Généralement, il se développe dans un milieu urbain puisque la femme a tendance à pondre dans les eaux stagnantes. Jusqu’à maintenant, le moustique tigre était responsable de la dengue et même du chikungunya. Toutefois, un troisième virus vient de s’ajouter à la liste et il s’agit de la fièvre Zika. La vigilance est donc de rigueur et il est judicieux de connaitre quelques informations notamment pour se protéger.

Le moustique tigre est à l’origine d’un nouveau virus

En France, le moustique tigre est présent et notamment dans le sud du pays. Les services en charge de la surveillance estiment qu’il y a une interception ponctuelle de ces moustiques, il ne faut toutefois pas faire l’impasse sur ces trois virus, car la fièvre Zika est à l’origine de nombreuses douleurs. La personne souffre ainsi de maux de tête, des éruptions cutanées apparaissent sur le visage et il y a également des douleurs articulaires. Il est donc recommandé de changer l’eau des plantes une fois par semaine, car le moustique tigre aime les eaux stagnantes.

Limiter la prolifération des moustiques

Les récupérateurs d’eau installés dans le jardin sont également des lieux plébiscités par les moustiques classiques et les moustiques tigre. Il est donc fortement recommandé de les recouvrir avec un filet pour limiter l’accès. En présence de bassins extérieurs, il faut noter que certaines espèces de poissons mangent les larves, cela limitera également la prolifération. Les eaux des puits, des cuves peuvent être traitées avec des produits spécifiques respectueux de l’environnement. Ces méthodes permettent aux moustiques de ne pas s’implanter.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Asthme

BPCO et asthme : des millions de personnes ont perdu la vie

L’asthme et la broncho-pneumopathie chronique respiratoire (BPCO) auraient fait plus de 3,6 millions de victimes, …

Réagissez !