LOADING

Type to search

Mozambique : un adolescent albinos atrocement dépouillé de son cerveau et de certains de ses membres

2 mois ago
Share

Un adolescent dépouillé de ses membres (jambes et bras) et de son cerveau (le crâne fracassé), a été découvert mercredi, au Mozambique dans le district de Moatize dans la province de Tete (nord-ouest du pays). Une véritable scène d’horreur dont les albinos sont malheureusement des victimes récurrentes ce essentiellement en Afrique subsaharienne.

Squelette

La découverte, digne d’un film d’horreur, d’un adolescent albinos, mutilé avec atrocité et à mort

Un adolescent albinos, à l’âge de seulement de 17 ans ans (la barbarie n’attend pas le nombre des années pour frapper qui que ce soit) a été retrouvé mort, mutilé à l’extrême avec de plus le corps dépouillé de certains de ses membres. Ses bourreaux l’ont, en effet, amputé de ses bras et ses jambes et ont emporté son cerveau, selon la source qui a suivi au plus près ce fait divers macabre, à savoir l’agence de presse mozambicaine AIM, qui a cependant patienté avant de s’en faire l’écho, trois jours après le déroulement de ce cas qui n’est pas si isolé que ça, comme nous allons le développer plus bas.

« Le corps a été retrouvé amputé de certains membres. Les criminels ont emporté les os des bras, des jambes, les cheveux, et ils ont fracassé le crâne pour prendre le cerveau », a affirmé un responsable local cité par l’agence d’information mozambicaine AIM. Un tel acte de barbarie est inqualifiable et impardonnable. Rappelons que le funeste sort de l’adolescent albinos remonte à mercredi et a été confirmé officiellement par la police. « Nous avons lancé une opération pour arrêter les responsables de ce crime macabre » selon Lurdes Ferreira, une porte-parole de la police de la province de Tete.

Qu’est-ce que l’albinisme ? Pourquoi sa prévalence est-elle la plus forte en Afrique subsaharienne ?

L’albinisme est une maladie rare, non transmissible, et héréditaire qui existe dans le monde entier, indépendamment de l’appartenance ethnique ou du genre. Dans presque tous les cas d’albinisme, les deux parents doivent être porteurs du gène pour le transmettre, même s’ils ne sont pas eux-mêmes atteints d’albinisme. L’albinisme est dû à une absence de pigmentation (mélamine) sur les cheveux, la peau et les yeux (albinisme oculo-cutané). Il entraîne une grande sensibilité au soleil et à la lumière vive.

La prévalence de l’albinisme varie dans le monde. On estime qu’en Amérique du Nord et en Europe, une personne sur 20 000 est atteinte d’une forme ou l’autre d’albinisme. Les estimations de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) oscillent entre un cas sur 5 000 et un cas sur 15 000 en Afrique subsaharienne. On ne dispose cependant que de peu de données relatives à la prévalence de l’albinisme par pays.

Selon l’ONU, plus de cent attaques contre des albinos ont été recensées au Mozambique depuis 2014

Les albinos sont l’objet d’une véritable chasse à l’homme (les enfants ne sont pas épargnés) : des parties de leurs corps sont recherchées pour leurs puissances miraculeuses supposées et certains les emploient en tant que sacrifices humains suivant les conseils des sorciers qui ont contribué à répandre la croyance selon laquelle on en tirerait de la chance en amour, dans les affaires et pour clore les superstitions également dans la vie.

Ces guérisseurs concoctent des potions élaborées à partir d’un membre, du nez, la langue, les os, les yeux ou les parties génitales qu’ils prescrivent à leurs clients en quête de succès. Ces différentes superstitions ont engendré un marché et sont habilement exploitées par des guérisseurs qui en ont fait leurs fonds de commerce sans la moindre pitié mais effroyablement lucratif. Notons des sévices aussi en Tanzanie et au Malawi.

Squelette, Pixabay – DasWortgewand

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *