Accueil / Actualités / Nantes lutte contre les agressions avec l’arrêt des bus à la demande dès 22h30

Nantes lutte contre les agressions avec l’arrêt des bus à la demande dès 22h30

Ce dispositif va être testé durant une période de six mois. Les bus de nuit seront concernés par cette mesure visant à limiter les agressions. Dès 22 heures 30, toutes les personnes qui le voudront pourront demander aux chauffeurs de descendre entre deux arrêts.

Le chauffeur du bus restera décisionnaire du « point précis de desserte » comme l’a expliqué le directeur général de la Sémitan selon BFMTV. Cette sixième ville de France pourra voir ce dispositif s’étendre si les résultats sont concluants. Les clients et tout particulièrement les femmes auront la possibilité de réduire ainsi le chemin qui les sépare de leur domicile, les arrêts de bus sont bien souvent des endroits où les agressions sont nombreuses. Cette mesure est faite dans le cadre du plan national de lutte contre le harcèlement sexiste et les violences sexuelles qui se déroulent dans les transports en commun. Le but de cette initiative est de rassurer et d’apporter plus de sécurité aux passagers.

Nantes veut réduire les agressions avec des arrêts à la demande

De nombreuses personnes évitent de prendre les transports en commun en fin de soirée, ce genre de dispositif pourrait fort bien faire changer d’avis certains riverains jusqu’à lors retissant. Ce dispositif a fait auprès des usagers l’unanimité, mais l’initiative a fait grincer quelques dents, celles des conducteurs de bus, ils craignent que l’organisation soit difficile à gérer, l’affluence est nombreuse les soirs de fêtes, et les chauffeurs ont peur de ne pas pouvoir honorer toutes les demandes.

Nantes a le souhait de rassurer les clients des bus de la ville

La ville de Nantes espère rassurer les passagers avec cette expérimentation, plus de 5000 clients. Ce procédé a déjà été testé dans d’autres villes, comme à Toronto au Canada en 1991. Le haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes avait remis en avril dernier un rapport au gouvernement, il était spécifié que 100% des clients des transports en commun avaient déjà subi au moins une fois dans leur vie un harcèlement dans un bus.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Vaccin

Ardèche : une épidémie de rougeole déclarée avec pour foyer infectieux la commune d’Ardoix

Une épidémie de rougeole s’est déclarée dans la commune d’Ardoix, une bourgade (un peu moins …

Réagissez !