Accueil / Actualités / Nice : un nouveau séisme d’une intensité modérée la nuit passée

Nice : un nouveau séisme d’une intensité modérée la nuit passée

Les habitants de l’ensemble de la région niçoise, densément peuplée, ont pu sentir la terre frémir aux alentours de minuit, dans la nuit de samedi à dimanche. L’épicentre du séisme, que nous allons évoquer, d’une magnitude de 3,7 sur l’échelle de Richter, a été formellement localisé au large de San Remo, cité italienne.

Nice

 

Brièveté, discrétion, intensité moyenne : telles sont les caractéristiques du séisme ayant touché la région niçoise

Une secousse d’un peu plus de 4 secondes, donc d’une brièveté extrême, et accompagnée d’un bruit sourd, a été ressentie, perturbant les fêtards et réveillant les dormeurs de l’ensemble de la région niçoise, selon le quotidien local Nice-Matin, dont les colonnes imprimées sont restées inertes. Il ne s’agit en rien de dramatiser au vu de l’intensité de ce tremblement de terre (une magnitude de 3,7 sur l’échelle -de mesure sismique- de Richter). Avec une exactitude d’horloger, l’heure précise du caprice tectonique a été 23h37. L’épicentre a été localisé à 10 kilomètres au large de la cité balnéaire italienne, très touristique, de San Remo. Une déveine de plus pour l’Italie, qui se révèle très -trop- exposée à ces récurrences.

Une réplique mais également des secousses enregistrées dès 17 heures ce samedi qui attesteraient d’une crise sismique

Une réplique de plus faible intensité se serait produite 10 minutes plus tard, sans qu’aucun dégât matériel ne soit constaté pour le moment. Le Réseau national de surveillance sismique a recensé, en réalité pour la journée de ce samedi, pas moins de 8 tremblements de terre, à partir de 16h55. Notons que la moitié d’entre eux ont eu pour épicentre la commune de Carros, au nord de Nice. D’après Nice-Matin, l’agitation de la journée de samedi pourrait s’apparenter à une crise sismique (terme parlant même aux néophytes en sismologie). Au début du mois de septembre, un séisme d’une magnitude de 4, donc légèrement supérieure, avait déjà été ressentie dans les Alpes-Maritimes, provoquant de légers dégâts dans la vallée de la Roya, non loin de la frontière franco- italienne.

Nice, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Des cacahuètes

Allergie à l’arachide : des chercheurs australiens sur la voie d’une tolérance élevée et pérenne

Les arachides sont au deuxième rang des allergies alimentaires en France après l’allergie à l’oeuf. Risquent-t-elles …

Réagissez !