Accueil / Actualités / Noël : gare aux allergies alimentaires qui s’invitent aussi à notre table !

Noël : gare aux allergies alimentaires qui s’invitent aussi à notre table !

Nous savions déjà que les substances allergènes, avec une présence parfois simplement résiduelle, parfois plus importante, étaient, très souvent incorporées, dans beaucoup de préparations culinaires. Si les fêtes de fin d’année impliquent des repas orgiaques, le risque de se sentir mal repose, le plus souvent, sur le type d’aliment, plus que la quantité ingérée. C’est une réalité, pouvant conduire, parfois même jusqu’à l’hôpital. La période festive qui s’ouvre est l’occasion rêvée, pour que le syndicat français des allergologues se rappelle, à notre bon souvenir, en émettant des recommandations, très appropriées.

Repas de Noël

Dès l’apéritif, les allergènes sont présents et d’attaque pour nous mettre à mal, de même qu’un plateau de fruits de mer et crustacés, pouvant suivre traditionnellement

Plus de 150 aliments sont recensés comme étant potentiellement allergisants, et la liste ne cesse de s’allonger : oeufs, lait de vache, arachide, crustacés, poisson, blé, légumes appartenant à la lignée propre au céleri, soja, fruits à coque (amande, noisette, pistache). L’apéritif, au vu de cette liste non exhaustive, constitue, d’emblée véritablement, une menace à ne pas sous-estimer, avec l’arachide, qui demeure la deuxième cause d’allergie alimentaire, auprès des enfants de moins de 15 ans. Les fruits à coque sont également à évaluer en fonction d’une tolérance inhérente à chaque individu. Que dire également des fruits de mer, avec leurs réfractaires, de même que leurs encenseurs ? Ils peuvent plaire sur le plan gustatif, mais très mal passer, sur le plan digestif : méfiez-vous d’eux, sans vouloir les stigmatiser !

Le lait et les les oeufs, présents dans les fromages et les desserts, doivent nous inciter à ne pas succomber à la tentation, car la gourmandise peut se révéler nuisible

Chez l’enfant de moins de 15 ans, 5 aliments sont responsables de 80 % des manifestations allergiques : oeuf, arachide, lait de vache, poisson et moutarde. Jusqu’à 3 ans, le lait de vache, tout autant que les oeufs, sont le plus souvent en cause, alors qu’ après 3 ans, il y a une nouvelle donne, avec l’arachide et le poisson qui viennent en tête. C’est donc au summum du plaisir constitué par le dessert et le fromage qu’il faut être vigilant au maximum. Notons pour conclure qu’il existe des allergies croisées, associant plusieurs allergènes, ce qui les rend d’autant plus vicieuses. Le risque d’allergie ne se limite pas exclusivement à la nourriture. En effet, l’indispensable sapin peut activer une allergie aux moisissures. Éternuements, nez bouché, yeux piquants, en sont les symptômes majeurs, subvenant à l’admirer, de trop près.

Repas de Noël, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Forêt

Une Américaine de 26 ans perdue dans les bois en Alabama aux Etats-Unis a réussi à survivre

Après plusieurs semaines d’errance, cette jeune femme s’était égarée dans une zone qui lui était …

Réagissez !