Nouveau contrôle technique le 15 avril : êtes-vous sur la liste ?

par | 03 Mar 2024

À partir du 15 avril, un nouveau chapitre s'ouvre pour les amateurs et les utilisateurs de véhicules de catégorie L : l'obligation du contrôle technique.
contrôle technique

Le temps des changements est arrivé. Cette mesure, introduite par un décret et un arrêté publiés le 23 octobre 2023, soulève de nombreuses questions. Quels sont les véhicules concernés ? Quelle sera la périodicité de ces contrôles ? Comment, où, et à quel coût se dérouleront-ils ? Et surtout, quelles conséquences en cas de non-conformité ? Autant de points que nous allons aborder.

Quels véhicules sont concernés par le contrôle technique ?

Premièrement, il est important de distinguer les véhicules impactés par cette mesure. La liste inclut les cyclomoteurs, motos, scooters, tricycles à moteur, ainsi que les quadricycles légers et lourds. Une exception notable : les véhicules de collection antérieurs à 1960 et les motos à usage sportif, qui échappent à cette obligation. Cette distinction illustre la volonté de cibler les véhicules modernes, plus susceptibles d’être utilisés quotidiennement, tout en préservant un patrimoine historique et sportif.

La mise en œuvre de cette mesure sera progressive, s’étalant jusqu’en 2026, pour éviter l’engorgement des centres de contrôle technique. Cette gradation, définie selon l’année d’immatriculation des véhicules, témoigne d’une approche réfléchie visant à faciliter l’adaptation à la nouvelle réglementation. La périodicité des contrôles, fixée initialement tous les 3 ans après une première inspection dans les 6 mois précédant la cinquième année de mise en circulation, marque une différence notable avec celle appliquée aux voitures, témoignant d’une adaptation aux spécificités de ces véhicules.

voiture amende

voiture amende

Le déroulement et le coût du contrôle technique

L’examen technique portera sur 80 points de contrôle, un nombre inférieur à celui exigé pour les voitures, reflétant les particularités structurelles et fonctionnelles des véhicules de catégorie L. Le coût, bien que variable selon les centres, ne devrait pas excéder 50 €, selon les assurances du ministre des Transports de l’époque, Clément Beaune. Cette mesure vise à garantir l’accessibilité financière du contrôle technique pour tous les propriétaires de véhicules concernés.

La réglementation est claire : rouler sans un contrôle technique valide expose à une amende forfaitaire de 135 €, modulable selon les circonstances. Plus qu’une simple sanction financière, cette mesure souligne l’importance accordée à la sécurité routière et à l’entretien des véhicules. Elle met en lumière la responsabilité des propriétaires dans la prévention des risques et la protection de tous les usagers de la route.

L’extension du contrôle technique aux deux-roues et véhicules sans permis représente un tournant majeur. Elle reflète non seulement une évolution législative mais aussi une prise de conscience collective sur l’importance de la sécurité et de l’entretien des véhicules. Comme toute réforme, elle suscitera discussions et adaptations. Néanmoins, elle s’inscrit dans une démarche globale visant à renforcer la sécurité routière, un enjeu qui nous concerne tous.

Rédigé par Alain Vernet

Je suis Iron Vernet, un rédacteur digne du personnage Iron Man, j'ai la volonté d'informer autrui avec une pointe d'humour. Forcément, la culture et les technologies sont ma passion. Je suis également un geek acharné et j'adore les figurines Pop !

Vous pourriez aimer ces contenus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This