Accueil / Actualités / Nutréa : le suicide d’un salarié a été jugé définitivement comme un accident du travail

Nutréa : le suicide d’un salarié a été jugé définitivement comme un accident du travail

L’entreprise Nutréa en Bretagne a connu un drame le 21 mars de l’année dernière. L’un des salariés s’est suicidé et plusieurs mois après le fait divers, la justice a décidé après la consultation du dossier de le déclarer comme un accident du travail.

Justice
Justice / Crédit Photo : Pixabay – succo

La justice française a étudié le cas de cet homme qui s’est donné la mort le 21 mars 2014. Son décès a soulevé de nombreuses questions en ce qui concerne son statut ainsi que ses activités au sein de la société Nutréa qui est située en Bretagne. La victime évoluait dans un environnement complexe, car elle côtoyait régulièrement des produits comme des médicaments qui sont utilisés pour les porcelets.

Les produits à Nutréa avaient causé une intoxication très grave

Cette ambiance avait été à l’origine d’un problème de santé et notamment une intoxication et cet homme n’aurait pas été le seul. Comme le précise le Télégramme, deux autres personnes ont subi le même problème, elles vont donc rejoindre la capitale pour que des médecins extérieurs à cette même structure puissent les ausculter. Dans ce cas de figure, les deux salariés ont été victimes d’un licenciement et leur problème de santé n’est pas considéré comme un accident du travail. Avec la décision du tribunal des affaires de sécurité sociale de Saint-Brieuc, ils espèrent que les cinq ans de lutte déboucheront sur une note positive.

Le tribunal reconnait que le suicide est un accident de travail dans ce contexte

Des produits phytosanitaires ont donc été à l’origine de l’intoxication de cet homme qui s’est suicidé sur son lieu de travail. Il a même sur l’étiquette du produit rédigé une lettre d’adieu. La femme de cet employé de la société Nutréa en Bretagne a donc été satisfaite de cette décision. En effet, les raisons de son suicide sont en lien avec ses activités. Il a donc été reconnu par le tribunal comme un accident du travail. Elle se battait depuis plusieurs mois aux côtés des associations pour que ce statut soit référencé.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Faire le ménage

Bouger avec régularité, même en faisant le ménage, un rempart essentiel contre la mortalité

Afin d’améliorer leur endurance cardiaque et respiratoire, leur état musculaire et osseux, et réduire le …

Un seul commentaire

  1. quand on sait que de très nombreux travailleurs agricoles, horticoles et d’entretien des espaces verts, des voiries et des bâtiments utilisent des pesticides (fongicides, insecticides, herbicides, raticides …) de façon intensive et prolongée, et les dangers d’une intoxication aiguë ou les risques d’intoxication chronique, on comprend mieux les indispensables mesures de prévention des risques professionnels des pesticides : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/risque-chimique/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=69&dossid=506

Réagissez !