LOADING

Type to search

Pakistan : deux frères cannibales font cuire un bébé et le mangent

4 années ago
Share

Des cannibales ont dévoré un bébé après l’avoir fait cuire. La police a été outrée par la découverte de la tête de l’enfant au domicile.

Police au Pakistan

Des faits de cannibalismes sont nombreux dans le monde et cette histoire s’est produite au Pakistan, à Pendjab. Il y a quelques jours, la police intervient sur les lieux après la demande des voisins. Ces derniers étaient dérangés par une odeur pestilentielle qui se dégageait d’un logement. Lorsque la patrouille du district de Bhakkar a pénétré dans le logement, elle a fait une découverte insoutenable et le haut responsable a précisé qu’il s’agissait sans doute de « l’affaire la plus horrible de ma carrière ». Lorsque les enquêteurs ont pénétré dans le logement, ils ont trouvé la tête d’un enfant.

Les frères cannibales récidivent

Le chef de la police, Zafar Iqbal a révélé à l’Agence France Presse que l’un des frères, Mohammad Arif avait été « arrêté après la découverte d’une tête de nourrisson. Il a avoué son crime ». En parallèle, il a également raconté que son frère « qui a depuis pris la fuite avait ramené le bébé mort d’un cimetière situé à proximité ». Ainsi, les deux hommes ont fait cuire l’enfant puis ils l’ont consommé. Cette affaire sordide n’est toutefois pas inhabituelle au Pakistan puisque la loi n’interdit pas fermement le cannibalisme. Ce n’était donc pas la première fois que les deux frères cannibales se trouvaient dans cette situation.

Le cannibalisme n’est pas interdit

En effet, il y a deux ans, ils avaient déjà été arrêtés pour des faits similaires. A cette époque, ils exhumaient les cadavres puis ils les dévoraient selon Metronews. Lorsque les policiers s’étaient emparés de cette affaire, ils avaient découvert au domicile une jeune femme amputée d’une jambe. Dans tous les cas, les deux hommes seront une nouvelle fois jugés, mais pour « profanation d’une dépouille humaine ». Selon le journal, le frère est activement recherché par les forces de l’ordre.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *