Accueil / Actualités / Perturbateurs endocriniens : encore un point négatif pour la nourriture des fast-food

Perturbateurs endocriniens : encore un point négatif pour la nourriture des fast-food

Tout le monde connait les risques encourus à trop consommer ce genre de nourriture grasse, sucrée, salée, mal équilibrée, mais pourtant, une grande partie de la population et surtout les jeunes continuent de s’alimenter avec  ces plats rapides plusieurs fois par semaine.

Des perturbateurs endocriniens dans l’alimentation des fast-food

Malgré les efforts réalisés par les fast-food pour améliorer leurs menus en intégrant de la viande soi-disant de qualité, des salades, il reste néanmoins de nombreux facteurs à risque dans ces plats de restauration rapide. Aujourd’hui, on apprend également que cette nourriture augmenterait l’exposition aux perturbateurs endocriniens. La malbouffe est encore sur la sellette, un professeur exerçant à la Milken School of Public Health Institute de l’université George Washington et plusieurs confrères ont étudié les habitudes alimentaires de plusieurs milliers d’Américains.

Des concentrations de phtalates très inquiétantes

L’étude publiée dans la revue Environnemental Health Perspectics démontrerait que les personnes qui consomment ce genre de nourriture rapide présenteraient des concentrations sanguines de phtalates particulièrement élevées. Ces molécules sont normalement utilisées dans l’industrie agroalimentaire et elles servent à fabriquer des sacs plastiques ainsi que des emballages. Ces produits sont reconnus pour être des perturbateurs endocriniens. Pour mettre en place cette étude, les experts ont analysé les données de plus de 8877 personnes et comme toujours dans ce genre d’enquête, les participants ont rempli des questionnaires sur leurs habitudes alimentaires durant les 24 dernières heures et surtout en insistant sur la nourriture de fast-food consommée.

Des phtalates dont les conséquences sont alarmantes

L’Europe est une bien mauvaise élève, les perturbateurs endocriniens sont déjà depuis quelque temps sur le devant de la scène avec tous les problèmes avec lesquels ils sont rattachés. Les résultats mis en avant lors de cette étude ont montré que les personnes ayant consommé de la nourriture rapide des fast-food étaient plus exposées aux phtalates. Le professeur responsable de cette étude a tenu à souligner que la viande, les céréales étaient les aliments qui contribueraient à cette concentration et à l’augmentation de ces produits chimiques. Ces perturbateurs endocriniens sont néfastes pour la santé, ils troublent l’équilibre hormonal, ils peuvent également chez les bébés entraîner des problèmes de développement, de la fertilité, des cancers. Rappelons que les phtalates sont interdits en France depuis 2011.

Hamburger, Pixabay – Meditations

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Courir

Var : un joggeur de 76 ans meurt d’une crise cardiaque en plein effort

Un homme de 76 ans, apparemment en bonne santé, a été hélas terrassé par une …

Réagissez !