Accueil / Actualités / Poids de l’homme : l’obésité masculine est l’ennemi de la fertilité

Poids de l’homme : l’obésité masculine est l’ennemi de la fertilité

Le poids de l’homme aurait une incidence sur la procréation. Par conséquent, l’obésité masculine est l’ennemi de la fertilité selon une étude.

Photo d'illustration
Photo d’illustration

On connaissait déjà le problème des femmes qui éprouvaient des difficultés à avoir un enfant lorsqu’elles avaient une réelle obésité. En ce qui concernait les hommes rien n’avait jamais été prouvé, on ne savait pas que l’obésité masculine pouvait être un facteur de stérilité. L’auteur de l’étude, Matae Belan de l’université de Sherbrooke au Québec vient de mettre en évidence que cela pourrait avoir un rôle très important pour une procréation réussie. Pour mener à bien cette nouvelle étude, les chercheurs ont fait appel à 65 hommes provenant de couples qui n’arrivaient pas à concevoir un enfant du fait de leur poids, leur âge était en moyenne d’une trentaine d’années. La moitié des participants ont dû adopté une nouvelle hygiène de vie, des séances de nutrition pour une nourriture variée avec des fruits et des légumes, des séances de sports adaptées à leur cas et un atelier de phycologie pour soutenir le groupe.

Le poids de l’homme aurait une incidence sur les chances de procréer

À la fin de l’étude, ceux qui avaient réussi à perdre du poids ont eu plus de facilité de concevoir un enfant, la perte de poids des géniteurs était indépendante de celle de leur épouse. L’épreuve de l’infertilité n’est pas sans conséquence sur la vie d’un couple, il est déconseillé de se lancer dans une procréation médicalement assistée sans avoir auparavant cherché les raisons de la stérilité et dans certains cas cela pourrait venir d’une obésité masculine.

L’homme impacterait la santé du bébé par rapport à son poids

Un homme obèse pourrait transmettre son trouble de poids à ses enfants et petits-enfants via son sperme (université d’Adélaïde en Australie), la transmission sur deux générations n’a pas de préférence en ce qui concerne le sexe de l’enfant. Plusieurs études avaient révélé que seule la mère était responsable de l’impact de la santé du bébé, aujourd’hui tout cela pourrait être remis en question, le père lui aussi serait responsable. La prise en charge d’une nutrition équilibrée des deux parents pourrait avoir une répercussion positive sur le bébé à naître.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Enfant

La générosité des internautes va permettre au petit Louis, âgé de cinq ans, d’apprendre à manger normalement

L’histoire du petit Louis, dont vous connaissez peut-être des épisodes, en est presque à son …

Réagissez !