Accueil / Actualités / Pôle emploi : de nouveaux moyens pour tenter de mettre un terme à la fraude

Pôle emploi : de nouveaux moyens pour tenter de mettre un terme à la fraude

Pôle Emploi part en chasse contre les fraudeurs. Les chômeurs sont directement concernés par cette mesure visant à traquer les fraudes. Cet organisme aura désormais en sa possession de nouveaux outils, ils vont permettre la vérification des données fournies par le chômeur au moment de son inscription. Pôle Emploi via des agents assermentés contrôlera auprès d’autres organismes la sincérité des informations en vue d’une allocation de chômage.

Cet article de projet de loi sur la transparence économique va donner à Pôle emploi les moyens de faire la chasse à tous les fraudeurs qui voudraient obtenir une allocation alors que les renseignements fournis sont erronés. La direction générale de pôle emploi a déclaré au « Figaro » que cette nouvelle perspective va être particulièrement utile pour vérifier tous les dossiers qui paraissent douteux.

Pôle Emploi pourra récolter des informations

Au sein de pôle emploi, 135 agents assermentés pourront acquérir auprès de différents organismes comme les opérateurs téléphoniques, d’énergie, des banques, des informations complémentaires sur le chômeur. Les organismes qui seront contractés par ces agents auront l’obligation de répondre positivement, le chômeur sera mis au courant de la procédure à la fin de celle-ci.

Pôle Emploi se défend et estime qu’il ne s’introduit pas dans la vie privée

Cette mesure n’est pas une nouveauté pour pôle emploi, un amendement avait déjà été proposé lors du projet de loi Rebsamen, mais il avait été abandonné en mai dernier. L’organisme s’était alors justifié de ce rejet en indiquant que ce n’était pas le bon moment. Le partage d’informations entre les différents organismes sera donc désormais possible. Ces vérifications pourront sans doute de faire quelques économies, mais cela ne représente que des sommes très succinctes. Les pertes représentent 100 millions d’euros chaque année alors que 30 milliards d’euros ont été versés en 2014 aux bénéficiaires. Est-ce une intrusion dans la vie privée des chômeurs déjà fragilisés par leur situation ? Pôle emploi se défend de cette affirmation.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Un seul commentaire

  1. 1) en France, tout le monde sait que la fraude sociale représente par / an une goutte d’eau comparée à la fraude fiscale (800 millions € contre 60 milliards €…).

    2) ceux qui siphonnent la France de ses emplois et de son argent ne sont par les gens aux RSA…

    Combien nous coûtent par / an les privilégiés de gredins de politiques et de l’oligarchie qui organisent la destruction des emplois et la fraude fiscale ?

Réagissez !