LOADING

Type to search

Policières d’Indonésie : un test de virginité comme recrutement

4 années ago
Share

En Indonésie, le test de virginité est obligatoire pour les policières. Ces dernières doivent donc prouver leur pureté.

Police en Indonésie

Police en Indonésie

En Indonésie, le recrutement des policières n’est pas semblable à celui observé dans d’autres pays. Elles sont contraintes de réaliser un test de virginité et il s’avère être négatif, elles n’auront pas l’occasion d’exercer la profession. Par conséquent, les policières doivent se présenter dans un cabinet où deux femmes médecins devront donner le verdict. Un document indonésien révèle que les postulantes doivent être dénudées et un test « à deux doigts » est alors réalisé. Cela pourrait donc expliquer la proportion de femmes qu’il y a dans la police indonésienne.

En Indonésie, les policières prouvent leur virginité

En effet, les policières en Indonésie sont peu nombreuses (3 %), car il est impossible de postuler si elles ne sont pas célibataires et vierges. De ce fait, l’hymen ne doit jamais avoir été rompu. Le test n’est donc pas très sympathique puisque la douleur est au rendez-vous et pour les associations, il est même humiliant. Généralement, celles qui se sont soumises à ces obligations ne veulent pas en parler, car pour elles, ces recommandations sont dégradantes et sont rangées dans la catégorie des mauvaises expériences. De ce fait, il est assez complexe d’officialiser ce test de virginité, car les autorités démentent ce genre de propos.

Un test de virginité critiqué par HRW

Elles révèlent qu’un examen complet est réalisé pour les femmes en Indonésie et pour les hommes. L’objectif consiste lors de ce rendez-vous à savoir si les candidats sont atteints par des MST (Maladie Sexuellement Transmissible). Toutefois, les autorités indonésiennes révèlent que la virginité n’est pas un critère de recrutement. La directrice de Human Rights Watch n’est pas de cet avis et elle demande aux autorités compétentes de mettre un terme à ce test de virginité qui est considérée comme une pratique discriminatoire. Elle révèle que cette pratique est contraire aux droits de l’Homme et elle est convaincue que ce test existe. En effet, entre mai et octobre 2014, elle a eu l’occasion de converser avec des policières, des médecins et de recruteurs en Indonésie et ils ont confirmé cette méthode.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *