Accueil / Actualités / Pollution : des malformations génitales comme un micro-pénis

Pollution : des malformations génitales comme un micro-pénis

La pollution n’est pas inconnue aux malformations génitales chez les petits garçons selon le CHRU de Montpellier qui a mené l’enquête.

L'utilisation de pesticides
L’utilisation de pesticides / Crédit Photo : Pixabay – PublicDomainPictures

Les glandes mammaires à la puberté ainsi que le micro-pénis ont désormais une explication selon cette étude menée par le CHRU situé à Montpellier. La cause ne serait autre que la pollution qui rythme le quotidien des villes notamment pendant les pics de chaleur. La profession médicale tire donc la sonnette d’alarme et invite les autorités compétentes à réagir au plus vite, car la situation semble dramatique. En effet, l’impact de l’environnement sur les malformations génitales des petits garçons serait réel et il y aurait même une recrudescence de petits pénis dans les hôpitaux.

Des perturbateurs endocriniens à l’origine des petits pénis

La pollution en général est pointée du doigt et les professionnels de la Santé n’hésitent pas à décrier les pesticides qui sont encore trop souvent utilisés et parfois avec abus. Ces perturbateurs endocriniens ont donc des effets dévastateurs et il reste encore des efforts à fournir comme le prouve l’étude publiée dans la revue European Urology. À Montpellier, des professeurs ont examiné les différentes malformations et 600 enfants ont donc été auscultés avec rigueur pour tenter de comprendre comment les 300 pouvaient souffrir d’hypospadias.

300 petits garçons atteints d’une malformation génitale en raison de la pollution

Il n’ s’agit pas d’une maladie, mais davantage d’une anomalie visible au niveau du pénis de l’enfant. Le corps médical a donc pu constater la présence sur les 300 petits garçons un orifice de l’urètre dans une position inadaptée. L’enquête montre qu’une réaction doit être prise, car les perturbateurs endocriniens ont le pouvoir de favoriser les malformations génitales. De plus, ils pourraient même multiplier par trois le risque. Aujourd’hui, il est difficile pour les futures mamans de ne pas être exposées à une telle pollution, car elle est partout que ce soit dans un milieu urbain ou rural. La seule solution consiste à réguler ou à interdire l’usage de certains produits réputés pour comporter des perturbateurs endocriniens.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Consulter un médecin

Méningite C : un décès montre que cette infection peut être mortelle

En milieu de semaine, plus d’une quarantaine de personnes ont été prises en charge par …

Réagissez !