Accueil / Actualités / Prise de sang : bientôt, il n’y aura plus d’aiguilles avec cette méthode

Prise de sang : bientôt, il n’y aura plus d’aiguilles avec cette méthode

La prise de sang peut véritablement être au cœur d’une phobie chez certaines personnes. Toutefois, une nouvelle technique s’avère être une révolution dans le domaine médical, car l’appareil sera dépourvu d’aiguilles.

La fin des aiguilles pour la prise de sang
La fin des aiguilles pour la prise de sang / Crédit Photo : Tasso

Aujourd’hui, nombreux sont les patients à se résigner à effectuer à une prise de sang par peur de l’aiguille. D’autres vont dans les laboratoires à reculons et retardent au maximum le rendez-vous. Toutefois, l’Amérique a eu l’idée de développer un engin capable d’effectuer une prise de sang sans les désagréments de celle-ci. Certains internautes se demandent à juste titre comment le laborantin peut-il récupérer le liquide précieux si aucune aiguille n’est insérée dans une veine ?

Les américains inventent un appareil qui remplace l’aiguille

Tasso Inc, une société américaine a mis au point un appareil qui a une taille similaire à celle d’une balle de ping-pong. Aucune aiguille n’est nécessaire, car la prise de sang est effectuée via la capillarité. Si les premiers tests sont concluants, ce nouveau procédé pourrait voir le jour l’année prochaine et envahir ainsi le marché médical. Cela permettrait à tous les phobiques de reprendre confiance et de se diriger plus facilement dans un laboratoire. Les scientifiques ont en parallèle décidé de se lancer un second défi qui consiste à réaliser une prise de sang à domicile avec ses propres moyens.

Une prise de sang à la maison en toute ttranquillité

En effet, l’appareil doit être installé sur le bras avec une réelle aisance et un petit récipient détachable reçoit le sang. Par conséquent, un patient pourrait lui-même effectuer ce geste et transmettre par la suite le contenu à un laboratoire. Cela supprimerait largement tous les désagréments, mais une ombre vient entacher le tableau. Les chercheurs en collaboration avec l’université du Winsconsin tentent de trouver un moyen pour que le sang soit conservé et non endommagé au cours de l’envoi. Si l’échantillon n’est pas conservé à une certaine température, il sera impossible de l’étudier.

A propos Larcher Jennifer

Passionnée de nouvelles technologies, elle partagera avec plaisir et rigueur toutes les actualités intéressantes pour le lecteur.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

Réagissez !