Accueil / Actualités / Puy-de-Dôme : une ferme dissimulait le corps d’une septuagénaire

Puy-de-Dôme : une ferme dissimulait le corps d’une septuagénaire

Un petit village du Puy-de-Dôme est face à un déploiement de la gendarmerie. St-Eloy-les-Mimes et plus précisément une ferme de cette commune a fait l’objet d’une découverte d’un corps d’une septuagénaire.

Gendarmerie
Gendarmerie / Crédit Photo : Wikimédia – Rama

Les faits se sont déroulés dans un petit hameau Montgiraud situé tout près de St Eloy les Mines. La gendarmerie a découvert hier un corps enterré dans le jardin d’une ferme. Cette propriété était occupée initialement par une femme de 73 ans et son fils. Il y a de cela un an, l’occupante de la maison avait disparu, des recherches avaient été effectuées sans résultats, dans les alentours cela avait suscité de vives inquiétudes.

 

Une septuagénaire découverte un an après sa disparition

À l’époque de cette disparition, l’affaire avait été jugée suffisamment importante pour que le parquet de Clermont-Ferrand ouvre une information judiciaire. La gendarmerie en charge de l’enquête s’est refusé à tous commentaires concernant la découverte de ce corps pour le l’instant. S’agirait-il du corps de la septuagénaire disparue ? Selon les premiers résultats recueillis par le journal local La Montagne, il pourrait s’agir de l’occupante des lieux qui n’avait pas donné signe de vie depuis de très longs mois.

Le fils de l’occupante entendu dans le Puy-de-Dôme

L’enquête qui a débuté hier, va devoir déterminer dans un premier temps, s’il s’agit bien du corps de la femme disparue et dans un deuxième temps, les circonstances de cette mort et pourquoi ce corps était-il enterré dans le jardin de la propriété. Selon les toutes premières indications, ce serait le fils de la maison en question qui aurait indiqué à la gendarmerie où était enseveli le corps. Cette mort est-elle naturelle ou s’agit-il d’un homicide ? Bien des questions se posent en ce début d’enquête.

Le lien avec le fils reste pour le moment que des hypothèses, il est actuellement dans les locaux de la gendarmerie pour y être entendu, sa garde à vue a été prolongée pour mieux comprendre les circonstances de cette dramatique découverte macabre.

A propos Martine Eden

Avec son expérience acquise au fil des années, elle nous livre quotidiennement ses découvertes en matière de santé.

Essayez à nouveau

Alcool

Le binge-drinking bouleverse le cerveau, même au repos, des jeunes s’y adonnant

Une hyper-alcoolisation, qualifiée de binge-drinking (dans notre langue de Molière, nous disons aussi « biture express » …

Réagissez !