Accueil / Actualités / Recevoir un rein d’un diabétique, la meilleure alternative pour survivre

Recevoir un rein d’un diabétique, la meilleure alternative pour survivre

En France, plus de trois millions de personnes sont effectivement  atteintes d’une insuffisance rénale, plus de 38.000 vivent avec une greffe. Tous ceux qui attendent ce genre d’intervention pourraient voir leur chance augmenter si la greffe d’un rein d’un patient diabétique était envisagée, jusqu’à présent, ces personnes étaient écartées du protocole. Les greffes de rein restent le type de greffe les plus nombreuses en France.

Opération

Actuellement, les diabétiques n’ont pas le droit de donner un de leur rein pour sauver la vie d’une autre personne

Les chercheurs de l’université de Pennsylvanie aux Etats-Unis pourraient peut être démontrer via leur étude que cette interdiction n’est pas bénéfique pour tous les patients qui souffrent d’une insuffisance rénale. Cette pathologie est potentiellement grave, elle entraîne une détérioration graduelle irréversible de la capacité des reins à filtrer le sang. Chaque minute, ils s’occupent de plus d’un litre de sang soit un cinquième de la quantité pompée par le cœur. L’insuffisance rénale chronique résulte de complications du diabète, de l’hypertension ou d’autres maladies. Quant à l’insuffisance rénale aiguë, elle survient soudainement, elle est souvent détectée par hasard lors d’un dosage de créatinine effectué au cours d’un bilan sanguin. En 2014, plus de 80.000 personnes étaient traitées pour ce genre de pathologies, 56% l’étaient par dialyse, 44% étaient porteurs d’un greffon rénal. La fréquence de l’insuffisance rénale est augmentée en raison de l’allongement de l’espérance de vie, du nombre croissant de cas de diabète.

Les reins des diabétiques ont un risque de mortalité moins élevé que les reins de donneurs non diabétiques

Les chercheurs américains de l’université de Pennsylvanie ont évalué les risques d’une greffe rénale provenant de donneurs diabétiques. Les résultats de leur étude ont montré que les patients ayant reçu une greffe provenant d’un donneur diabétique avaient un risque de mortalité de 9% inférieur durant les neuf années de survie. De nombreux patients qui sont sur la liste d’attente meurent avant de pouvoir bénéficier d’une transplantation. La meilleur des alternatives au vu de la pénurie des donneurs serait de revoir l’interdiction selon des propos soulignés par un des auteurs de l’étude. Plus de 600 millions de personnes dans le monde souffrent d’une insuffisance rénale. En France, 3615 ont été réalisées en 2016, 576 à partir de donneurs vivants contre 547 en 2015.

Opération, Pixabay – marionbrun

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Chauve-souris

Drôme : une chauve-souris diagnostiquée comme atteinte de la rage

Le denier cas humain de la rage, en France, plus particulièrement en Guyane, remonte à …

Un seul commentaire

  1. Walter Fleuristil

    L’insuffisance rénal vient surtout des complications du diabète, des effets de l’âge, des stress cellulaires par combinaison avec l’hypertension. Cette combinaison multiplie les microfissures de l’endothélium. Les micros blessures font appel aux kératinocytes pour se guérir. Dans les premiers moments, la guérison se fait bien et les cellules mortes qui en découle finissent par se faire phagocyter. Lorsque les micros blessures se succèdent ou se multiplient sans arrêt, les kératinocytes provenant d’une accélération de la prolifération arrivent sans avoir passer le temps nécessaire pour parfaire la différentiation et sont, par conséquent démunie de kérato-hyaline. Ce qui rend difficile leur détachement de l’endothélium comme des blessures sur la peau ou plus particulièrement des ulcères ou des micro-blessure des pieds. D’où les blessures chroniques qui peuvent aussi visibles qu’un ulcère ou aussi invisibles que les blessures des petits vaisseaux des yeux. Que ce soit pour le cœur, les yeux, la peau, les veines, le paterne est le même. Vous voulez avoir moins de problème de reins, vous voulez les traiter avec plus de facilité, vous voulez les prévenir, le traitement, il y a juste un seul. Ce traitement s’occupe de débarrasser le métabolisme des débris de cellules provenant de la prolifération, permet à notre corps de, surtout la peau de refaire son élasticité et de contrôler sa production de cellule, et, les cellules seront munies des enzymes SCTE et SCCE. Qui seront activées au contact de l’extérieur pour défaire les jonctions au niveau de la cornée. Voilà et, puis, fini les blessures chroniques, fini la néphropathie diabétique et autre. Le traitement est simple et sans conséquence importante. Il ne coute pas cher. Il sera même, un préalable pour tout traitement qui guérir le diabète et autre chose encore.

Réagissez !