LOADING

Type to search

Recrutement de femmes pour les djihadistes : en Tunisie, une filière démantelée

2 années ago
Share

Des femmes étaient recrutées pour des djihadistes en Tunisie. Après une enquête, la filière a pu être démantelée selon les indications partagées par le ministre de l’Intérieur. Une action a donc été menée dans le nord du pays.

Sur internet et via d’autres moyens, les djihadistes recrutent des hommes pour tenter de les convaincre de combattre pour leur cause. Toutefois, ce ne sont pas les seuls à faire l’objet d’un tel recrutement, car des filières ont une autre spécialisation. Elles font en sorte de recruter des femmes pour les djihadistes, ils sont ainsi l’occasion de les épouser et de fonder une famille. Parfois très jeunes, elles sont mariées de force à ces hommes après avoir été envoyées dans des zones de conflit.

En Tunisie, des femmes doivent rejoindre des djihadistes

Cette filiale qui existait en Tunisie a pu être démantelée et il est important de noter que ces femmes vivent un véritable calvaire. En effet, les recrutements sont effectués pour qu’elles puissent assouvir les besoins des hommes qui partent au combat. Certaines sont donc mariées, mais d’autres sont contraintes d’avoir des rapports sexuels avec plusieurs hommes. Au début du mois de décembre, des articles mentionnaient cette « guerre du sexe ». Alors qu’elles étaient recrutées pour les djihadistes, elles revenaient de ces zones avec un bébé dans leur ventre.

Démantèlement d’une cellule dédiée à leur recrutement

La Nouvelle Tribune révélait qu’il y avait près de 700 femmes en Tunisie qui servaient les organisations djihadistes notamment en Syrie. Ce pays n’est pas le seul concerné, car il y a aussi l’Irak. Le journal précise en parallèle que depuis deux ans, les autorités en Tunisie tentent de lutter contre ce phénomène, mais les mesures ne portent pas vraiment leurs fruits. Ce démantèlement de cette filière spécialisée dans le recrutement des femmes pour les djihadistes est donc une bonne nouvelle.

Tunisie, Habib M’henni / Wikimedia Commons

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *