LOADING

Type to search

La réduction du sommeil paradoxal aurait un lien avec la démence

4 mois ago
Share

La maladie d’Alzheimer est de plus en plus présente dans notre société moderne. Les scientifiques américains viennent d’établir un lien possible entre le sommeil paradoxal de qualité médiocre et un risque accru de démence. Le sommeil paradoxal représente environ 20% du sommeil global, il est omniprésent en début de nuit puis sa durée augmente progressivement au cours de la nuit. Il joue un rôle important dans la maturation du système nerveux ainsi que dans l’accroissement des capacités de stockage de la mémoire.

Sommeil

Le sommeil paradoxal est le lien privilégié de l’expression des rêves

Le sommeil a de multiples effets sur le fonctionnement de notre organisme, certaines sont ralenties comme la tension artérielle, l’activité motrice, le rythme respiratoire, d’autres sont favorisées. En France, plus d’un quart des individus rencontrent des problèmes liés au sommeil. Des scientifiques ont pu établir que le manque nuirait à la qualité de vie, à la santé notamment sur le plan physique, psychologique, cognitif. Des troubles tels l’insomnie, la narcolepsie, l’apnée du sommeil restent néfastes, ils font souffrir plus d’un tiers des Français. Rappelons que le sommeil joue un rôle essentiel dans le processus de mémorisation. Une bonne nuit reste la meilleure façon de protéger, de booster sa mémoire.

La phase de sommeil paradoxal est connue pour être celle durant laquelle nous rêvons

Des expériences sur des animaux ont pu établir que le cerveau profite du sommeil paradoxal pour enregistrer les informations de la journée précédente. Cette dernière étude prouve que toutes les personnes qui prennent plus de temps ou ceux qui sortent rapidement du sommeil paradoxal ont plus de risque de souffrir de démence. Pour arriver à ces conclusions, les scientifiques ont étudié les données de plus de 321 personnes de plus de 60 ans, ces volontaires ont en effet participé à cette étude durant une période de douze années. Les résultats ont démontré que 32 personnes ont été diagnostiquées avec une forme de démence, 24 ont été atteintes de la maladie d’Alzheimer. L’assurance maladie explique que pour diagnostiquer la démence, le trouble doit durer au moins 6 mois. L’espoir pour les chercheurs, c’est d’identifier les moyens d’interventions afin de mieux contrôler le stade du sommeil, d’en rétablir la bonne qualité afin de protéger les individus d’éventuels troubles destructeurs.

Sommeil, Pixabay

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *