LOADING

Type to search

Tags:

Remboursement à 15 % : c’est sans doute la fin pour 70 médicaments

2 années ago
Share

Le remboursement des médicaments à 15 % sera terminé pour plusieurs références et cela à cause de la volonté de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Toutes les molécules ne seraient pas logées à la même enseigne, car seules les moins efficaces seraient concernées.

Photo d'illustration de médicaments

Photo d’illustration de médicaments / Crédit Photo : Wikimédia – Tom Varco

En France, dans le domaine médical, il existe un taux de remboursement différent selon les médicaments. Le secteur de la santé est largement entaché et le gouvernement tente d’y remédier en mettant en place des mesures qui ne comblent pas toujours les attentes des consommateurs. Ces derniers ont accès aujourd’hui à trois concepts avec des remboursements à 60, 30 et donc 15 %. Ce serait cette dernière tranche qui serait menacée de suppression.

70 médicaments concernés par la suppression d’un taux de remboursement

Le gouvernement pourrait de ce fait prôner un taux unique de remboursement en supprimant ainsi celui à 15 % comme a pu le mentionner Les Échos qui a eu l’occasion d’obtenir une copie des scénarios envisagés. Le concept peut paraître assez complexe, car tous les médicaments ne seraient pas concernés. Il existe tout de même une liste de 70 médicaments concernés qui a été révélée par Pourquoi Docteur. La fin du remboursement à 15 % concernerait ainsi Havlane, Imovane, Lormetazepam, Mogadon ou encore Noctamide, Nuctalon et Stilnox.

La fin du remboursement à 15 % pour les médicaments liés à la dépression

En parallèle, d’autres médicaments seraient eux aussi dans la catégorie des non-remboursements avec Zolpidem ou encore Zopiclone. Pour dresser cette liste, plusieurs caractéristiques auraient été évaluées, car la fin du remboursement à 15 % serait décidée en fonction de la gravité de la pathologie, la stratégie thérapeutique tout en prenant en compte le niveau du service médical rendu qui va de faible à majeur. Cette situation concernerait donc certains médicaments assez connus notamment pour traiter les dépressions ou les troubles profonds du sommeil.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *