Rentière d’un viager empoisonnée à Cannes, l’acquéreur soupçonné

La rentière d’un viager âgée de plus de 80 ans a été empoisonnée et les forces de l’ordre suspectent l’acquéreur pressé d’obtenir le bien.

Cannes
Cannes

La rentière d’un viager situé à Cannes a été empoisonnée alors qu’elle est âgée de 85 ans. Les premières investigations ont dirigé les soupçons du côté de l’acquéreur qui n’arriverait pas à justifier convenablement les raisons de sa présence dans le bien. Le procureur a toutefois révélé qu’il avait été mis en examen pour cette affaire et l’individu dont l’identité n’a pas été dévoilée a été écroué. Les autorités compétentes ont pu renforcer leurs découvertes avec le témoignage d’une personne vivant à proximité.

À Cannes, il aurait empoisonné la rentière d’un viager

En effet, avant que la rentière d’un viager à Cannes soit empoisonnée, le suspect serait entré dans le bien qui avait été acquis avec cette méthode en 2008. Le concept est assez simple puisqu’il suffit de payer une certaine somme d’argent par mois jusqu’au décès du propriétaire. Ce dernier donne ainsi la possibilité à l’acquéreur de jouir pleinement du bien acquis en viager. En poussant un peu plus loin les investigations, les forces de l’ordre ont constaté qu’un médicament servi pour empoisonner la vieille dame avait été retrouvé au domicile du suspect selon la Dépêche.

Poursuivi pour l’empoisonnement d’une rentière d’un viager

Le Procureur de la République a révélé que cette habitante de Cannes n’avait pas apprécié le goût de l’eau minérale consommée. Cette octogénaire décide alors de la faire goûter à une autre personne pour savoir si sa perception se confirme. Les deux victimes font alors un malaise, ce qui a entraîné une hospitalisation dans les deux cas. Les médecins ont accompagné la vieille dame pendant deux semaines dont le pronostic vital a été engagé. C’est à ce moment que les regards se sont tournés vers la composition de cette eau minérale qui a mis en avant la présence d’un médicament.

A propos Vanessa Godet

Une auteure spécialisée dans le domaine sportif, la minceur ainsi que la sexualité. Elle partagera ses trucs et astuces pour optimiser le quotidien.

Essayez à nouveau

Médecine

L’incontinence urinaire touche plus de 2,6 millions de femmes de plus de 65 ans

Les femmes sont plus touchées que les hommes par les fuites urinaires. Cette inégalité s’explique …

5 commentaires

  1. Escoffier Jean-Pierre

    Plus précisément, cette vente devrait être interdite entre particuliers. Le vendeur pourrait vendre en viager auprès d’un organisme, qui deviendrait propriétaire à sa mort et qui en attendant, lui verserait la rente. Ensuite, cet organisme vendrait à un tiers, qui n’aurait pas eu à spéculer précédemment sur la mort de l’ex-proprio.

  2. Ca s’appelle spéculer sur les sabots d’un mort ! Ce type devrait être interdite car pousse au crime.

    C’est aussi un moyen de frauder le fisc en organisant la succession vers un tiers sous forme de donation déguisée quand on se sait atteint d’une maladie mortelle à court terme et avant que qui que ce soit n’en soit informé.

  3. avec parfois des surprises : la personne qui avait acheté en viager la maison de Jeanne Calment est morte avant elle !!!

  4. Le viager est une bonne solution pour qui a peu de ressources mais possède un bien de valeur. Les deux autres solutions sont insatisfaisantes: jouir de son bien mais vivre sans ressources, ce bien allant ensuite à des héritiers que l’on ne connait peut-être même pas, ou vendre son bien et avoir des liquidités mais pas de logement…
    Par contre c’est vrai que ce système pousse à souhaiter la mort des gens et que pour l’acheteur c’est un peu la loterie !

  5. Ce type de vente devrait être interdit. C’est malsain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *