Accueil / Actualités / S’adonner quotidiennement à la lecture augmenterait notablement l’espérance de vie

S’adonner quotidiennement à la lecture augmenterait notablement l’espérance de vie

Lire présente de nombreux avantages. C’est un moyen idéal pour l’apprentissage, le développement mental et l’expression orale. Lire vient également de se distinguer par une nouvelle vertu avérée : en effet, selon une étude menée par des chercheurs de la très prestigieuse Université de Yale, aux Etats-Unis, lire plus de 3h30 par semaine aiderait à augmenter l’espérance de vie de plus de 20 % sur douze ans. Alors, n’hésitez plus du tout à booster votre intellect !

Livres

Une étude à grande échelle, chez les personnes de plus de 50 ans, qui confirme l’impact bénéfique de la lecture

Pour établir ces chiffres étonnants de prime abord, les scientifiques ont mobilisé pas moins de 3 635 volontaires de 50 ans et ont étudié leurs habitudes concernant leur rapport à la lecture quantifiée en termes d’heures à s’adonner à ce plaisir. Ils les ont ainsi séparés en 3 groupes distincts : le premier regroupant ceux qui ne lisent pas ou très peu, le deuxième ceux qui lisent jusqu’à trois heures par semaine et le dernier, ceux qui lisent plus de 3h30 chaque semaine. L’étude a accouché des conclusions suivantes : les lecteurs les plus assidus ont obtenu les meilleurs résultats en termes de capacités cognitives et de santé globale. L’étude, relayée par le New York Times, est d’une limpidité extrême : vagabonder de page en page, tous les jours que la vie offre, vous mènera à une fontaine de Jouvence où vous pourrez vous désaltérer sans aucune modération.

Plus vous lirez, plus votre espérance de vie augmentera : jusqu’à 2 ans de plus pour les boulimiques des lettres

Les chercheurs sont également parvenus à une autre découverte notoire : établir un lien inscrit dans la réalité entre les habitudes des lecteurs (qui sont d’ailleurs -et nous pouvons les en féliciter- en majorité des lectrices en ce qui concerne les livres longs que fuit la gente masculine) et leur état de santé. Ils spécifient ainsi que, en comparaison avec le premier groupe qui ne feuillette jamais une quelconque publication, les personnes du deuxième groupe ont 17% de risque en moins de mourir dans les 12 années à venir. Quant aux dévoreurs de livres du troisième groupe, leur espérance de vie augmente de quelque 23% sur douze ans. Ils gagnent donc en moyenne 2 années de vie supplémentaires par rapport aux personnes qui ne lisent pas. Librairies et bibliothèques vous ouvrent leurs portes avec un sourire égal et leurs étals vraiment riches et variés !

Livres, Pixabay

A propos Eric Françonnet

Essayez à nouveau

Chauve-souris

Drôme : une chauve-souris diagnostiquée comme atteinte de la rage

Le denier cas humain de la rage, en France, plus particulièrement en Guyane, remonte à …

Réagissez !