LOADING

Type to search

Sel : une consommation élevée ou faible est néfaste

3 années ago
Share

Le sel est au cœur d’un débat, car une consommation faible ou excessive peut être à l’origine de nombreux problèmes.

Sel

Sel

Le sel peut paraître anodin aux premiers abords, mais il faut savoir qu’il est à l’origine de plus de 1.65 million de morts dans le monde et il y a 16 000 décès sur le sol français. La consommation de ce produit demande donc une attention particulière, car il est nécessaire de trouver le juste milieu. La salière est toujours sur la table dans les restaurants et de nombreux foyers et certains n’hésitent pas à saler à nouveau le plat sans se soucier des conséquences de ce geste. A Boston, la faculté de médecine Harvard a souhaité s’attarder sur cette consommation en réalisant une étude.

Une consommation de sel trop faible ou trop élevée

Cette enquête leur a permis de déterminer la quantité de sel consommée par jour pour une personne. Les résultats montrent une consommation de 3.95 grammes, ce qui peut paraître faible, mais elle est beaucoup plus importante que celle préconisée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). Cette dernière estime que le sel doit être consommé de manière modérée en prenant par jour 2 grammes. Il ne faut pas oublier que le sel peut être à l’origine d’hypertension artérielle lorsque la quantité ingérée est forte. Cela peut ainsi favoriser des AVC (Accidents Vasculaires Cérébraux), les calculs urinaires ou encore l’ostéoporose et certains chercheurs estiment qu’il y a un lien avec l’obésité, le diabète et le cancer de l’estomac.

Une consommation de 2 grammes de sel par jour

Si une consommation excessive en sel peut être à l’origine d’une aggravation de l’asthme, la faible quantité est également problématique. Les chercheurs estiment que cela peut provoquer des maladies cardiovasculaires tout en augmentant le risque de décès à cause d’un niveau plus élevé de certaines hormones. Même si les Français ont tendance selon cette étude à prendre 3.8 grammes par jour, les habitants de l’Asie centrale affichent une consommation de 5.51 grammes, soit presque trois fois la dose recommandée par l’OMS.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *