LOADING

Type to search

Tags: , ,

Sidaction : 72 heures pour ne pas ignorer le Sida mais passer à l’action !

2 années ago
Share

Le Sidaction 2016 a quitté ses starting-blocks depuis le vendredi 1er avril et pour 72 heures sans discontinuité pour une course aux dons qui est soutenue ardemment par les médias de tous bords, faisant front, comme toutes les personnes concernées de près (les malades ainsi que leur entourage) ou d’un zeste plus loin, avec une distance nécessaire, pour mener à bien leurs travaux, les chercheurs, avançant à une vitesse que nous aurions tort de sous-estimer. Le slogan affiché sur la page d’accueil du site dédié au Sidaction est le suivant : « Avec le Sida, tout est beaucoup plus compliqué ». La photographie d’illustration choisie n’est pas anodine puisqu’elle représente une jeune fille, prostrée au lit, avec un impact souhaité chez les plus jeunes, à savoir les 15-24 ans, dont l’insouciance et l’ignorance envers le VIH sont ancrées.

Qu’attendre de cette 23ème levée de fonds en 2016 au vu des des dernières récoltes malheureusement sur le déclin ?

Alors que de nombreuses personnes pensent aujourd’hui que le VIH se guérit, alors qu’il ne fait que soulager ses porteurs et de repousser grandement (ce qui est certes une victoire de la recherche à souligner) l’inéluctable (à savoir un décès), le Sidaction 2015, qui en était à sa 22ème édition, a rapporté déjà moins de dons qu’en 2014. Cette opération en appelant tout autant à l’altruisme qu’à la raison, destinée à financer la recherche et la prévention de cette terrible MST (maladie sexuellement transmissible) qu’est sida a engrangé pas moins de 4,25 millions d’euros de promesses de dons. Cela peut sembler beaucoup mais la déception était au rendez-vous, davantage que le triomphalisme. 5 millions d’euros avaient réunis en 2014, soit déjà 100 000 euros de moins qu’en 2013. Bref, il est difficile d’évaluer le montant, de la 23ème édition, dont vous pouvez suivre l’évolution des promesses de dons en temps réel et ceci sur le site du Sidaction au niveau de sa page relookée pour ce week-end à l’importance cruciale. L’interface a en effet été remaniée avec un accès simplifié et immédiat afin de faire un don qu’il convient ensuite d’honorer : nous ne pouvons que saluer cette refonte notable.

L’urgence du combat contre le sida est permanente : voici ce que vos dons précieux permettent de financer efficacement

Sidaction précise qu’elle redistribue les fonds collectés en deux parts égalitaires : 50% pour la recherche, hélas extrêmement nécessaire, et 50% pour la prévention et l’aide aux malades en France mais aussi à l’international. Nous vous rappelons que tout don est le bienvenu même s’il se révèle même des plus minimes : et il sera déduit pour les deux tiers de vos impôts. Une raison de plus pour donner un coup de pouce financier. Sidaction explique également à quoi vont servir vos dons s’ils atteignent un montant spécifique : avec 45 euros, vous permettez de sensibiliser 100 personnes aux risques de transmission du sida ; avec 80 euros, vous financez une journée de travail d’un jeune chercheur ; avec 150 euros, vous payer intégralement une analyse du génome viral; avec 200 euros, vous offrez un mois de traitement ARV de 3ème génération pour un adulte en Afrique ; et avec 400 euros, vous financez un mois de salaire d’un médecin au Burkina Faso. Notons que si le 110 (centre d’appel pour recenser les dons), est mis en avant, durant 3 jours, il est accessible toute l’année : pas de répit contre le sida !

Sida, Pixabay – geralt

1 Comments

  1. Martin 3 avril 2016

    Sidaction, téléthon, ligue contre le cancer, CCFD, action contre la faim, handicap international, amnesty international … tout cela donne le tournis ! En outre, quand on constate que 10.2 millions de Français ont une ALD dont les médicaments et les soins sont intégralement remboursés par la SS, quand on voit que les frais d’IVG sont complètement remboursés eux-aussi et que les clientes les plus malignes arrivent à se faire rembourser 4 ou 5 PMA, que des chirurgies esthétiques sont parfois prises en charge (il faut trouver le « bon » praticien »), qu’un psychiatre messin recevait près de 40 patients par jour (essentiellement des Albanais) à qui ils prescrivaient des traitements pour qu’ils ne soient pas expulsés … ON ADMIRE CELLES ET CEUX QUI DONNENT ENCORE DES EUROS à toutes ces organisations caritatives ! Il est bon aussi de rappeler que le philosophe Sénèque conseillait à celles et ceux qui soufraient trop qu’ils avaient la possibilité que n’ont pas les animaux « de quitter la scène avec élégance » … ce qu’il fit !

    Répondre

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *