LOADING

Type to search

La solitude est néfaste et même mortelle pour les humains

4 mois ago
Share

Demeurer isolé trop longtemps peut être une source supplémentaire de stress, de sentiment négatif sur sa propre personne, sur autrui. Elle peut aussi dégrader la qualité du sommeil, diminuer la résistance aux infections et donc affaiblir le système immunitaire. Une grande partie des fonctions cérébrales dites cognitives chez l’homme sont boostées sous l’action d’autres personnes. Au cours de la petite enfance, de l’adolescence, le cerveau se construit grâce à l’interaction avec l’environnement, avec les relations humaines. S’isoler peut avoir un effet très négatif sur la santé générale.

Sollitude

De nombreuses études ont déjà démontré que les personnes qui étaient isolées avaient un système immunitaire fragilisé

La solitude n’apporte rien de bon à l’organisme bien au contraire, elle peut avoir un impact destructeur sur le cerveau. Un isolement chronique ou prolongé provoque en effet des modifications durables sur la façon dont on perçoit les choses. Les personnes qui sont seules sont plus réactives aux différentes menaces qui les entourent. Une phrase de mère Térésa nous renseigne bien sur les dégâts de la solitude.

La plus grande maladie actuelle, ce n’est pas la lèpre, la tuberculose mais le sentiment d’être indésirable, mal aimé et abandonné de tous.

Il y a des périodes de la vie ou la solitude est plus présente, plus envahissante, à l’adolescence tout est bouleversé, ce qui favorise l’isolement, la situation de burn out peut aussi engendrer l’isolement, même bien entouré, on se sent désespérément seul, la vieillesse est également un moment de la vie où la solitude peut nuire à la santé déjà fragile.

La société moderne favorise-t-elle l’isolement de l’être humain ?

La mise à l’écart des seniors, la stigmatisation de certaines populations, la vie de célibataire, toutes ces situations augmentent la sensation de solitude. Une nouvelle étude dont les résultats ont été présentés à la convention de l’Association Américaine de Psychologie démontre que l’isolement social pourrait doubler les risques de mort prématurées. Les auteurs de cette enquête ont travaillé sur plus de 148 études avec plus de 300.000 volontaires, ils ont comparé tous les cas de figure, il apparaît que les personnes qui souffrent d’isolement prolongé sont plus fragiles que les autres qui sont très entourés. Etre seul, c’est mourir à petit feu.

Sollitude, Pixabay – Robert_z_Ziemi

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *